Qu’est-ce que le wahhabisme ?

Le wahhabisme est une doctrine qui a été fondée dans la péninsule Arabique, au XVIIIe siècle, par Muhammad ibn Abd al-Wahhab (1703-1792). Il représente un courant traditionnel qui se distingue par une lecture littérale de l’Islam et par son aspect rigoriste et puritain. Il condamne en particulier toute innovation par rapport à l’enseignement originel de l’Islam et combat tous les musulmans qui ne s’y soumettent pas en les considérant comme apostats.
Ce littéralisme, impliquant une lecture primaire et littéraliste du Coran, conduit ses adeptes à la négation des principes mêmes de l’Islam.
À titre d’indication, la pratique Wahhabite de l’Islam interdit de faire intercession sur les « intermédiaires » (Anges, Prophètes ou Saints), les décorations de mosquées, la visite des tombeaux des Saints, la visite des cimetières, les images représentant des êtres humains ou des animaux, etc…
Ainsi, cette doctrine réduit le Coran à une lecture juridique restrictive à l’extrême et manipulée en fonction des besoins politiques et de consolidation d’un pouvoir temporel, celui de la famille régnante d’Arabie Saoudite.
En effet, Abd al-Wahhab seul n’aurait jamais pu élever sa doctrine au-delà d’une secte éphémère sans l’aide de la tribu des Saoud avec qui il fit alliance pour conquérir l’Arabie, devenue à présent la propriété personnelle des Saoud et le berceau du wahhabisme.
Historiquement, les Britanniques ont instrumentalisé le wahhabisme pour lutter contre l’Empire Ottoman et vont à partir de 1916, utiliser cette doctrine afin d’asseoir durablement et solidement leur contrôle sur la Péninsule arabique et avoir la complète maîtrise géographique du Golfe arabo-persique, et de ses immenses ressources énergétiques.
Le wahhabisme n’aurait pas non plus connu son essor actuel sans l’aide des États-Unis qui, en 1945, ont passé un pacte maléfique avec les Saoud : « Le pétrole contre une protection armée ».
Cet or noir, pompé par les majors anglo-américains, a financé l’expansion du wahhabisme à travers le monde.

Les “ wahhabites ” ont trouvé avec les “ takfiristes” l’alliance idéale et le moyen approprié pour combattre tous les musulmans qui n’entrent pas dans leur giron.
Ces deux idéologies similaires, violentes, se rejoignent pour faire union contre tout État musulman qui n’entre pas dans leur doxa. Les riches familles royales saoudiennes étant wahhabites et alliées aux intérêts américains et sionistes, il est logique qu’elles s’accaparent ces mouvements pour en faire un instrument politique et un moyen militaire.
Comme nous pouvons le constater partout, ce sont les musulmans qui sont les premières cibles et les premières victimes du wahhabisme.

Dans cette perspective, sans doute faut-il voir dans cette idéologie une tentative sans équivoque de subversion de l’Islam, afin de détruire la religion musulmane de l’intérieur. Les massacres de masse, les destructions, la rage meurtrière de ces hordes téléguidées depuis Riyad, Doha et Washington et assistées par Tel-Aviv, contre la Libye, la Syrie, l’Irak ou le Yémen, ont donc une finalité autant politique qu’eschatologique.
C’est le plan des États-Unis et du régime sioniste pour arrêter le grand mouvement mondial vers l’Islam.
L’objectif étant la division du monde musulman ainsi qu’une mauvaise représentation de l’Islam dans le monde, en offrant un visage violent et détestable à cette noble religion.
En effet, le wahhabisme est l’idéologie des égorgeurs de Daesh.