Communiqué : victoire de Nicolas Maduro à l’élection présidentielle vénézuélienne

 

Le chef de l’État sortant du Venezuela Nicolas Maduro a remporté l’élection présidentielle le 20 mai 2018, avec près de 68 % des suffrages, pour un nouveau mandat présidentiel d’une durée de six ans, qu’il entamera à partir du mois de janvier 2019.

Son principal adversaire, le militaire Henri Falcon, candidat de l’opposition et crédité de 21% des voix, a rejeté ce scrutin, faute de « légitimité », en exigeant la tenue d’une nouvelle élection avant la fin de l’année. Un prétexte absurde quand on sait qu’en plus de Falcon, deux autres candidats issus des rangs de l’opposition à Maduro ont participé au scrutin.

Bien évidemment, les pays occidentaux, USA et UE en tête, ainsi que d’autres états affiliés, tels que les 14 pays d’Amériques du sud du « groupe de Lima », ont rejeté ce scrutin, dont les résultats ne correspondaient pas à leurs attentes.

Rappelons que cette élection s’est déroulée dans un contexte tendu avec les politiques d’ingérence de Washington qui ne cesse de mettre sous pression le gouvernement légitime vénézuélien (sanctions économiques, isolement diplomatique, subvention des groupes d’opposants, etc.), afin de soulever le peuple contre Maduro et d’affaiblir son gouvernement. On se souvient que l’inénarrable Donald Trump avait même émis l’idée d’une intervention militaire !

S’exprimant devant ses sympathisants à l’issue de sa victoire, Nicolas Maduro s’est ainsi réjoui d’un «record historique» : «Jamais auparavant un candidat présidentiel n’avait gagné avec 68% des voix du peuple ».

Le président vénézuélien a également exprimé sa volonté de dialogue et a tendu la main à tous les citoyens: «Je suis le président de tous les Vénézuéliens. J’appelle au dialogue. Un dialogue continu, c’est ce dont les Vénézuéliens ont besoin.»

Nicolas Maduro s’est aussi exprimé contre les ingérences occidentales en déclarant: «Je m’adresse ici à l’Empire : comprenez que le Venezuela est la garantie d’une stabilité sociale et politique dans la région. C’est un péché d’essayer de déstabiliser le Venezuela !»

 

Le Parti Anti Sioniste félicite le président Nicolas Maduro pour sa réélection, qui fait mentir une nouvelle fois ses opposants ainsi que l’empire américano-sioniste, en démontrant que le peuple vénézuélien reste solidaire dans sa volonté d’indépendance et de résistance face à l’hégémonie de l’impérialisme occidental, malgré la propagande et les pressions incessante dont il fait l’objet depuis de nombreuses années.