Yahia Gouasmi répond aux questions de 20 MINUTES

Alors que les analyses journalistiques concernant l’opération de police fort médiatisée dont a été dernièrement victime le Centre Zahra France, ainsi que ses membres, font état d’un coup de pression exercé contre la République Islamique d’Iran, suspectée à tort de vouloir créer le désordre chez nous, les raisons de ces perquisitions dignes d’un film hollywoodien sont probablement toutes autres.

Les autorités reprochent au centre chiite Zahra fermé administrativement pour six mois de diffuser « des messages légitimant le djihad armé ».

Ses dirigeants contestent… « Voilà 15 ans que le centre existe et que nous prônons la même position antisioniste. Pourquoi on nous accuse de soutenir le terrorisme, aujourd’hui, et pas il y a 15 ans ?

Quelle est cette frontière qui vient de s’abattre ? C’est un délit d’opinion : dénoncer le sionisme n’est pas interdit en France », poursuit Yahia Gouasmi.

« Un état colonialiste et impérialiste qu’il faut combattre » Il est vrai que le propriétaire du centre Zahra ne s’est jamais caché de considérer Israël comme un « état colonialiste et impérialiste qu’il faut combattre », ni de soutenir le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais.

En revanche, il réfute tout antisémitisme. « Nous invitons à la réconciliation entre les chrétiens, les juifs et les musulmans », affirme-t-il. https://www.20minutes.fr/lille/235616…