Paris en feu, la Maire en Israël !

Pendant que la capitale mettait aux prises les forces de l’ordre sioniste aux Français paupérisés par la politique mondialiste de Macron (écrasement par la dette et noyade par l’immigration), le maire de Paris Anne Hidalgo inaugurait le 27 novembre 2018 une statue du capitaine Dreyfus en plein cœur de la capitale de l’entité israélienne, un territoire volé aux Palestiniens !

« Mardi, j’inaugurerai à Tel-Aviv, aux côtés de mon ami le Maire Ron Huldai, une statue rendant hommage au Capitaine Dreyfus. Copie conforme de la statue présente à Paris, elle symbolisera l’action résolue de nos deux villes contre l’antisémitisme », twittait Anne Hidalgo ce 26 nov.

Un message amical en réponse auquel elle a reçu de la part de son confrère israélien ce message de bienvenu : « Bienvenue à Tel-Aviv, nous avons inauguré aujourd’hui la nouvelle statue d’Alfred Dreyfus, rue Ehad Ha’am. Anne Hidalgo est une amie proche de Tel Aviv-Yafo, qui s’est toujours opposée à l’antisémitisme. Merci beaucoup Anne! »

Et Madame Hidalgo de répliquer: « C’est pourquoi notre combat contre l’antisémitisme aujourd’hui doit aussi passer par une lutte acharnée contre la violence des mots, qui ouvre la voie à la violence des gestes et des comportements. Je le dis solennellement, moi qui suis Maire d’une Ville qui ne serait pas elle-même sans sa communauté juive : nous ne céderons pas, nous ne céderons jamais. ».

Mme la maire tient ce discours alors que Paris est le théâtre depuis un mois des manifestations spontanées des milliers de personnes contre la politique socio-économique, voire la politique étrangère du gouvernement.

Aller à Tel-Aviv faire preuve de sa fidélité à l’égard d’Israël au plus fort du mouvement des Gilets jaunes est bien significatif surtout que des Français sionistes comme Bernard Henri Levi ont traité les gilets jaunes de « nazis”. Les Français se préoccupent de travail, d’école, de sécurité, d’immigration et de soins.

L’antisémitisme, cet outil inventé par le pouvoir sioniste pour taxer la liberté d’expression et embastiller les récalcitrants, vient en 643e place des urgences des Français. Et encore, ce n’est pas sûr.

La période actuelle a ceci de bon que les masques tombent de partout et les élites corrompues – corrompues car elles devaient servir le peuple et ne servent qu’elles-mêmes – comprennent qu’elles ont été trop loin dans le mensonge, la compromission, la trahison.

Et si seulement Mme se souciait un peu du confort des Franciliens au lieu de plaider la cause d’Israël : Selon une note confidentielle à laquelle a eu accès Le Figaro, la maire de Paris Anne Hidalgo a porté la dette de la ville à 7 milliards d’euros.

Un chiffre qui inquiète l’ancienne conseillère aux finances de la mairie.

7 milliards d’euros. C’est le montant de la dette de la ville de Paris depuis qu’Anne Hidalgo en a pris la tête en 2014, selon Le Figaro