Soda : risque d’infertilité

De nouvelles études montrent que le nombre de spermatozoïdes sont en chute libre – ce qui signifie qu’un nombre croissant d’hommes pourraient avoir besoin d’une FIV (fécondation in vitro) s’ils veulent concevoir.

En 40 ans, le nombre moyen de spermatozoïdes ont chuté de 50% dans les pays occidentaux.

Le Dr Ashley Tiegs, qui a présenté les résultats lors d’une conférence sur la médecine de la reproduction, a déclaré que « la baisse de la qualité du sperme est probablement due à des facteurs environnementaux tels que le tabagisme, le stress, l’obésité et l’exposition aux produits chimiques dans les plastiques.

D’après une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de l’université de l’Utah, nous pouvons ajouter un facteur de plus qui diminuerait la fertilité : le soda.

En effet, les chercheurs de cette université ont démontré, par le biais d’une expérience réalisée avec des souris, qu’en injectant des doses de sucre équivalentes à celle que nous consommons, leurs organes reproducteurs étaient moins performants et que les mâles mis au régime sucré n’arrivaient à défendre que 36% de leur territoire, contre 48% chez ceux ayant un régime alimentaire normal.

De plus, le soda contient du Bisphénol A, substance chimique principalement utilisé pour la fabrication de plastique et de résine de plastique, connu pour être un perturbateur endocrinien. Quand on sait que l’humanité consomme 350 milliards de litres de Coca-Cola par an, il devient urgent d’agir et de dénoncer cette fertilisation passive et invisible de nos concitoyens.

Le sucre que nous sur-consommons joue un rôle important dans la régulation des hormones. Il est donc logique qu’il ait un impact direct sur la fertilité. La consommation à forte dose de sucre réduit la production et la qualité du sperme, et entraîne une succession de réactions métaboliques induisant une rupture de l’équilibre de l’organisme.

Le Parti Anti Sioniste invite les gens à revenir à un mode de vie plus sain en évitant les produits transformés et industriels. L’expression « Un esprit sain dans un corps sain » prend ainsi tout son sens pour favoriser l’éveil auquel le PAS appelle depuis sa création.