Rosneft : les sanctions US sont « insignifiantes »

Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié d’« insignifiantes » les sanctions des États-Unis visant la compagnie Rosneft.

Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé, mercredi 13 mars, les nouvelles sanctions des États-Unis visant une banque russo-vénézuélienne, ainsi que les menaces proférées par Washington contre le géant pétrolier russe Rosneft pour sa coopération avec le Venezuela.

« Nous exhortons les États-Unis à réfléchir à nouveau et à passer enfin à un travail commun sous l’égide des Nations unies pour aider à stabiliser la situation au Venezuela dans le cadre des principes du droit international, au lieu d’imposer des interdictions aux sociétés et banques étrangères », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les sanctions imposées en dehors du cadre du Conseil de sécurité des Nations unies ne pouvaient être considérées comme légitimes.

« En interdisant les opérations en dollars, Washington sape la confiance en devise américaine en tant qu’outil de paiement international et convainc de plus en plus la communauté internationale du manque de fiabilité du dollar et l’oblige à en abandonner l’utilisation », ajoute le communiqué.

Le ministère a également qualifié d’« insignifiantes » les menaces proférées par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo contre Rosneft.

Rosneft est sous le coup de sanctions américaines depuis 2014 mais continue à fonctionner avec succès, tandis que les anciens partenaires américains de Rosneft qui avaient été forcés par Washington à restreindre leur coopération avec la société russe avaient subi de nombreux dommages.

Lundi 11 mars, Mike Pompeo a accusé Rosneft de continuer à acheter du pétrole à la compagnie pétrolière publique du Venezuela, Petroleos de Venezuela S.A. (PDVSA), au mépris de la sanction américaine.

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) a imposé lundi des sanctions à Evrofinance Mosnarbank, une banque basée à Moscou appartenant conjointement par des sociétés d’État russes et vénézuéliennes, pour « tentative de contournement des sanctions américaines contre le Venezuela ».