Présidentielle 2012 : François Hollande s’engage à combattre l’antisionisme !

Richard Prasquier, président du CRIF, et François Hollande, candidat PS à l’élection présidentielle.
Richard Prasquier, président du CRIF, et François Hollande, candidat PS à l’élection présidentielle.

Présidentielle 2012 : François Hollande s’engage à combattre l’antisionisme !

Les ambitions s’aiguisent en vue de l’élection présidentielle de 2012. Bien-sûr, le Parti Socialiste (que beaucoup appellent « Parti Sioniste ») se voit déjà à l’Élysée, utilisant le mécontentement justifié des salariés pour mieux les tromper et les trahir ensuite… En témoigne le défilé des politiques de droite comme de gauche sur le site de Lejaby à Yssingeaux (Haute-Loire), vendredi 27 janvier.

Quant au candidat socialiste à l’élection présidentielle, François Hollande, il ne s’est pas fait attendre pour répondre au CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France), qui au lendemain des primaires socialistes déclarait attendre de lui une « compréhension empathique vis-à-vis de l’Etat d’Israël » : « Le CRIF, qui connaît de longue date le profond attachement de François Hollande au respect des individus dans leur diversité, espère qu’il fera valoir au cours de sa campagne présidentielle les sentiments d’amitié pour la communauté juive de France et de compréhension empathique vis-à-vis de l’Etat d’Israël qu’il a toujours manifestés jusqu’à maintenant ».

Et bien, c’est chose faite. La campagne officielle n’a pas encore commencé que François Hollande a déjà prêté allégeance à l’entité sioniste et à son lobby en France. En effet le 25 janvier 2012, une forte délégation du CRIF conduite par son président Richard Prasquier a été reçue au QG de campagne du candidat socialiste à l’élection présidentielle, avenue de Ségur dans le 7ème arrondissement de Paris. Selon le communiqué du CRIF daté du 30 janvier, « François Hollande a souligné que si Israël est l’objet de tant de critiques c’est qu’il constitue une grande démocratie » ! Et pour rassurer Richard Prasquier, M. Hollande a promis d’être ferme « contre les actes antisémites et antisionistes ». Il compte mener des actions énergiques dans les domaines de l’éducation, de la pédagogie et de l’information : « Je ne laisserai rien passer », a-t-il déclaré.

C’est une insulte de plus à la souffrance palestinienne que de décrire l’entité sioniste (système d’apartheid et de domination) comme « une grande démocratie ». Cela montre bien de quel côté se trouve, comme toujours, le PS français : aux côtés du sionisme. De plus, la volonté de M. Hollande de combattre l’antisionisme, en faisant délibérément l’amalgame entre antisémitisme et antisionisme, démontre une fois de plus la totale soumission du socialisme au lobby sioniste. Cette allégeance du candidat socialiste à l’entité sioniste et à son lobby en France serait incomplète sans sa rencontre, mardi 31 janvier, avec le représentant de l’entité sioniste en France : Bernard-Henri Lévy.

Aujourd’hui, voter socialiste c’est voter pour Tel Aviv, pour le sionisme, pour son colonialisme et ses crimes de guerre. Et quand François Hollande déclare « Si Israël est l’objet de tant de critiques, c’est qu’il constitue une grande démocratie », nous lui rappelons que non loin de chez nous, l’Allemagne nazie était également une grande démocratie…

Le Parti Anti Sioniste continuera à dénoncer le PS (Parti Sioniste), en particulier quand celui-ci essaie, auprès des couches sociales les plus touchées par la politique de Sarkozy, de dissimuler son alignement sur Tel Aviv derrière un programme « social » qui ne fait guère d’illusions. Nous appelons tous les hommes libres à prendre acte de telles déclarations, et à ne voter ni pour le candidat PS ni pour le candidat UMP, les deux faces d’une même pièce. A ceux qui ne comprennent pas notre message, nous disons que 2012 sera là pour leur rappeler la triste réalité !

Par Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste