Le pouvoir du lobby sioniste (CRIF) en politique étrangère

yahia_gouasmi_11Le pouvoir du lobby sioniste (CRIF) en politique étrangère

Aujourd’hui avec vous je voudrais dénoncer le lobby sioniste (CRIF) et son poids dans la politique étrangère de la France.

En parcourant le site du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), je suis tombé sur un article qui a attiré mon attention. Son titre est : « La France confirme au CRIF sa fermeté sur le dossier iranien ». Pour résumer, 2 conseillers diplomatiques de haut niveau du Président Sarkozy ont reçu M. Prasquier, Président du CRIF, et un autre dirigeant du CRIF pour leur confirmer la fermeté de la France face à l’Iran dans le cadre du nucléaire.

Déjà on peut s’étonner qu’une association qui se prétend communautaire (représentant les juifs de France) s’intéresse autant à la politique étrangère de la France. Mais ce qui est plus étonnant et scandaleux c’est qu’au plus haut niveau de l’état on se croit obliger de confirmer la fermeté de la position française vis-à-vis de l’Iran à une association dite communautaire.

Parlons clairement, le CRIF n’est pas seulement une association communautaire, mais un des porte-parole de l’état d’Israël en France. Son rôle principal est de peser de tout son poids sur la vie politique Française. Il s’agit donc clairement d’un lobby sioniste au sein de la République.

Le plan du site du CRIF d’ailleurs nous en dit long. On peut y lire : « Chroniques iraniennes », « Chroniques onusiennes », « Chroniques Genève Durban 2 » , « Chroniques judiciaires »… Cette dernière chronique illustre une autre fonction du CRIF : poursuivre en justice tous ceux qui critiquent la politique israélienne et condamnent l’idéologie sioniste. Cette fonction de police de la pensée occupe une grande partie de l’activité du CRIF, et cela mérite bien entendu une chronique…

Le temps fort de ce lobby sioniste est le fameux dîner du CRIF où se pressent docilement la classe politique de tous bords, des responsables religieux, et des vedettes du show-biz… Dîner au cours duquel sont distribués les bons points, les avertissements, et les mauvaises notes. C’en est devenu le 2ème temps fort de la vie politique après l’élection présidentielle.

Revenons à l’entretien des dirigeants du CRIF avec les conseillers diplomatiques de M. Sarkozy. En quoi une association dite communautaire est-elle concernée aussi directement par la politique de la France ?  D’ailleurs pourquoi confirmer (c’est le mot employé par le CRIF) si ce n’est pour bien manifester la soumission et l’allégeance du gouvernent au lobby sioniste ?  Je remarque que cette fermeté concerne un pays, l’Iran, avec lequel la France entretient des relations diplomatiques depuis plusieurs siècles et avec qui nous n’avons jamais eu de conflits majeurs. La France et sa culture jouissent en Iran d’un grand prestige qui ne se dément pas. Cette longue tradition a été cassée par l’influence négative du lobby sioniste à tous les niveaux et particulièrement au Quai d’Orsay avec M. Kouchner à sa tête. Nous sommes bien loin de la politique d’indépendance du Général de Gaulle qui, dans sa célèbre conférence de presse de Novembre 1967, n’a pas hésité à dénoncer Israël, le sionisme et son caractère agressif. Notre politique étrangère n’est plus celle de la France mais celle des intérêts de l’état d’Israël et du sionisme.

A la fin de l’article le CRIF évoque la réapparition de l’antisémitisme dans plusieurs pays d’Europe. Cette affirmation est faite en fin d’article, comme à l’habitude. Nous retrouvons là les deux pinces de la tenaille sioniste : pression permanente sur le gouvernement qui pourtant a fait allégeance depuis longtemps (mais sait-on jamais ?), et chantage permanent à l’antisémitisme au cas où les interlocuteurs l’auraient oublié.

Notre politique étrangère est donc totalement sous l’influence d’Israël et du sionisme, et ce à travers son lobby en France. Notre politique n’est plus dictée par l’intérêt réel de notre pays et nous risquons d’être entrainés dans des conflits et des guerres qui ne sont pas les nôtres. J’ai déjà expliqué auparavant comment des soldats français meurent en Afghanistan pour des intérêts pétroliers américains.

C’est justement pour dénoncer l’existence et l’influence de ce lobby que le Parti Anti Sioniste a été créé. Et naturellement cette dénonciation fondée à partir de faits incontestables (comme ce communiqué du CRIF) nous a voulu et nous vaudra l’accusation d’antisémitisme que nous récusons.

Nous nous contentons d’expliquer et de dénoncer l’ingérence étrangère – Israël et le sionisme – qui sévit dans notre pays à tous les niveaux (médias,  enseignement, classe politique), et dans le cas présent au niveau de la politique étrangère de la France.

Il faut que les Français se réveillent et reconquièrent leur indépendance nationale. Il est largement temps que le Ministère des Affaires étrangères quitte le siège social du CRIF et revienne au Quai d’Orsay…

Le Président,
Yahia Gouasmi.