Netanyahu donne son feu vert à la peine de mort pour les «terroristes»

Le 4 novembre dernier, le criminel de guerre Benyamin Netanyahu a validé un projet de loi du ministre de la Défense Avigdor Lieberman.

Cette loi aura pour effet de condamner à la peine de mort les Palestiniens reconnus coupables d’avoir tué des civils et des soldats israéliens.

«Rien n’empêcherait le projet, bloqué depuis janvier, d’être soumis au vote de la Knesset et de devenir loi» a affirmé le Premier ministre israélien Netanyahu, lors d’une réunion avec les chefs des partis de la coalition, afin de définir le programme législatif de la semaine.

Selon la Radio Israël,«l’opposition du service de sécurité du Shin Bet et de l’armée israélienne ne devrait pas empêcher les parlementaires de faire avancer la loi» a annoncé Netanyahu.

Il est à noter que la peine de mort fait partie du droit israélien. Elle n’a été appliquée qu’une seule fois en 1962 dans le cas de l’officier Adolf Eichmann, haut fonctionnaire du Troisième Reich, officier SS Obersturmbannführer et membre du Parti nazi.

Elle est autorisée et pratiquée dans les cas de haute trahison, crimes contre l’humanité et génocide, en conformité de la loi martiale qui s’applique au sein de l’armée israélienne et en Cisjordanie, qui demande de nos jours une décision à l’unanimité de trois juges, et n’a jamais été mise en application.

Yisrael Beytenu, parti politique laïciste et nationaliste de droite en Israël, qui est a l’origine de ce projet de loi défendu par le ministre de la Défense et président de ce parti, concéderait à une majorité simple de deux juges contre un d’appliquer la peine de mort.

«L’adoption du projet de loi était une condition pour que mon parti reste dans la coalition.» s’était exprimé à ce sujet M. Lieberman en octobre, à l’ouverture de la session d’hiver de la Knesset.

Le porte-parole du ministre a précisé au Times of Israel, faisant suite aux accusations proférées par Lieberman concernant la façon dont le parti HaBayit HaYehudi retardait le débat sur la loi, que l’aval de M. Netanyahu intervenait suite à l’élocution du ministre de l’Education Naftali Bennett, président de ce même parti, qui demandait que ce projet de loi soit présenté.

Naftali Bennet accuse Lieberman de « ruiner la dissuasion d’Israël » contre les attaques «terroristes» palestiniennes, faisant référence à un autre projet de loi, soumis par son parti, qui met en avant les sanctions suivantes: transférer les familles de terroristes condamnés hors de leur communauté d’origine et de les réinstaller de force ailleurs en Cisjordanie.

Dans un tweet, Bennet écrit : «Ce que Lieberman n’est pas prêt à faire par l’intermédiaire du ministère de la Défense, nous le ferons aujourd’hui par le biais de la législation», ajoutant« Ces deux dernières années, Lieberman a ruiné la dissuasion d’Israël. Les terroristes n’ont pas peur. Ils savent que leurs maisons ne seront pas démolies, que leurs familles recevront 12 000 shekels nets (3 000 euros) par mois [de l’Autorité palestinienne] et ils seront considérés comme des martyrs

Puis il déclare que son parti soumettrait le projet de loi à un vote en séance plénière de la Knesset dimanche, afin que les terroristes « aient à nouveau peur ».

Le parti de Lieberman, suite à ces propos, a fait connaître leur intention, à savoir qu’il « appuierait tout projet de loi qui contribue à la lutte contre le terrorisme», sans pour autant que « cela ne change rien au fait que HaBayit HaYehudi entrave depuis environ un an l’adoption de la loi sur la peine de mort».

Rappelons que ce projet de loi avait vu le jour en début d’année 2018 à la Knesset en première lecture. C’est en raison de l’opposition des services de sécurité, que l’évolution de ce projet a été plusieurs fois ajourné.

Désormais, elle devra faire l’objet de délibérations au sein de la Commission de la Constitution et des Lois de la Knesset avant d’être soumise au vote en plénière.

Le Parti Anti Sioniste s’insurge qu’une telle loi puisse voir le jour et pire, puisse être appliquée sur un peuple qui a vu voler ses terres, ses demeures, ses droits bafoués et dont le sang coule chaque jour depuis plus de 60 ans.

Avec un tel projet de loi, c’est encore le droit à la résistance des Palestiniens qui sera bafoué.  Une résistance qui  terrorise l’armée israélienne, alors qu’elle est dotée d’armes de dernière génération qu’elle utilise sans pitié sur un peuple désarmé. Mais aucune arme ne viendra à bout du courage et de l’honneur de ce peuple, car la flamme qui l’anime est celle de la justice et de la liberté.

Si le gouvernement israélien met cette loi en application et que la communauté ne réagit pas, alors elle deviendra une fois de plus complice de la barbarie de Tsahal sur le peuple palestinien.

Il est temps de stopper le massacre ! Agissons !