MBS se prépare à rencontrer Netanyahu

Selon plusieurs sources sérieuses, tant saoudiennes qu’israéliennes, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman (MBS) envisagerait d’organiser un sommet historique avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, durant lequel le président américain Trump jouerait le rôle de l’hôte.

L’information commence à faire son bonhomme de chemin et l’on semble se diriger vers un remake de la rencontre de Camp David de 1978, avec MBS dans le costume de Sadate.

Rappelons qu’Anouar el Sadate, président égyptien de l’époque, avait serré la main du Premier ministre israélien d’alors, Menahem Begin, lors d’une rencontre organisée par le président américain Jimmy Carter dans sa résidence de Camp David. Cette rencontre avait conduit l’Égypte à devenir le premier État arabe à reconnaître Israël et à signer un traité de paix avec l’entité sioniste criminelle.

Un sommet que l’opinion publique arabo-musulmane avait considéré comme une trahison majeure envers la cause palestinienne et qui avait conduit à l’assassinat du président Sadate en 1981.

Après l’assassinat crapuleux du journaliste saoudien Jamal Khashoggi qui a horrifié ceux qui ne savaient pas encore de quoi était capable le régime saoudien, Ben Salman souhaite apparaitre comme un artisan de la paix dans le conflit israélo-arabe afin de redorer son image.

L’idée d’une rencontre avec le dirigeant israélien est dans l’air depuis un certain temps. Les Israéliens et Jared Kushner, gendre et émissaire de Trump au Moyen-Orient,  » l’avaient évoquée avant l’assassinat du journaliste « , a déclaré une source saoudienne au site « Middle East Eye ».

Un analyste basé à Washington, spécialisé dans la politique du Moyen-Orient sous l’administration Obama, a également confirmé avoir entendu parler d’une proposition de rencontre « historique » entre MBS et Netanyahu.

Côté saoudien, un groupe de travail a été mis en place à cette fin. Il comprend des responsables saoudiens du renseignement, de l’armée, des médias, des Affaires étrangères et des conseillers politiques. Ce groupe est partagé entre ceux qui expriment des inquiétudes quant aux conséquences de ce sommet sur le monde arabe et musulman, et ceux qui se montrent beaucoup plus enthousiastes.

Pour le moment, il semble que les partisans d’une rencontre l’emportent sur les autres, faisant valoir l’absence de toute réaction réelle de l’opinion publique arabe après les récentes visites de Netanyahu ainsi que de ministres et d’athlètes israéliens à Oman, aux Émirats arabes unis, à Bahreïn et au Qatar. Le groupe pense également pouvoir contrôler la réaction au sein du royaume en utilisant les autorités religieuses pour la justifier.

« MBS est enthousiasmé par cette idée. Il vient d’une nouvelle génération et ne sent pas le poids de l’histoire sur ses épaules. Il l’a démontré à plusieurs reprises. Il n’a aucune sympathie particulière pour la cause palestinienne », a déclaré la source saoudienne. On se souvient de ses déclarations en faveur du « droit d’Israël à avoir une nation », ou de sa rencontre secrète avec Netanyahu à Amman en Jordanie, il y a à peine quelques mois.

Côté israélien, on dit que Netanyahu désire ardemment rencontrer son poulain et celui que le régime sioniste infanticide désigne comme son « élu », le prince héritier d’Arabie saoudite. La chaîne d’information israélienne « Hadashot » a rapporté que le Premier ministre cherchait à normaliser les relations avec l’Arabie saoudite avant les élections législatives d’avril prochain et que Washington, ainsi que le patron du Mossad, Yossi Cohen, étaient impliqués dans cet effort diplomatique.

On se dirige ainsi vers un sommet entre les trois criminels de guerre Trump, Ben Salman et Netanyahu, qui dévoilera officiellement la triple alliance américano-saoudo-sioniste.

Un « axe du mal » que le Parti Anti Sioniste ne cesse de dénoncer. Il a plongé le Moyen-Orient dans le chaos, ne laissant que « le sable et la mort », et dont nos dirigeants doivent absolument se dissocier pour ne pas se rendre complice de ces semeurs de désolation.

Quant aux dirigeants musulmans et arabes, ils doivent également se démarquer de ce prince criminel, fossoyeur de la cause palestinienne et massacreur du peuple yéménite, et lui ôter toute prétention à agir en tant que représentant des peuples musulmans.

MBS ne représente que lui-même et le régime saoudien. Son alliance avec les forces du Mal américano-sionistes ne doit engager que sa personne, et nul ne doit se rendre complice de cela, auquel cas, le jugement de l’histoire sera sans pitié.