Macron : « Que Berlin continue à vendre des armes à Riyad »!

C’est ce mardi 22 janvier qu’a été signé le fameux traité d’Aix-la-Chapelle, en Allemagne, entre Angela Merkel et Emmanuel Macron. Un traité qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.

C’est un document d’une dizaine de pages à peine, organisé en sept chapitres.

Selon le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung, la rencontre entre les dirigeants français et allemand a montré qu’en matière de défense, les approches françaises et allemandes sont si différentes qu’il semble difficile qu’elles puissent converger sur tous les sujets.

En ce qui concerne les exportations d’armes par exemple, l’objectif d’une coopération accrue, énoncé dans le nouveau traité, risque de rencontrer des obstacles.

Comme en témoigne la décision de l’Allemagne de mettre fin aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite après le meurtre du journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi, alors que c’est une chose que le gouvernement français se refuse à faire.

Lors de sa rencontre avec la Chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron a souligné que si la France cesse ses ventes d’armes aux pays du Moyen-Orient, elle se verrait discréditée dans la région.

Macron a souligné que « malgré tout, l’Arabie saoudite est un partenaire stratégique dans la lutte contre le terrorisme et par un arrêt des exportations d’armes à Riyad, nous allons perdre notre crédibilité au Moyen-Orient ».

Par le traité d’Aix-la-Chapelle, les deux États entendent approfondir « leur coopération en matière de politique étrangère, de défense, de sécurité extérieure et intérieure et de développement tout en renforçant la capacité d’action autonome de l’Europe ».

Le 22 janvier 1963, le président Charles de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer scellaient à l’Élysée la réconciliation franco-allemande par un traité d’amitié destiné à accroître la coopération entre deux anciens « ennemis héréditaires ».

Cinquante-six ans, jour pour jour, cet accord d’amitié bilatéral vise à renforcer la relation franco-allemande, mais aussi à envoyer un signal fort en faveur de la construction européenne, au moment où l’unité du Vieux Continent est affaiblie par la montée du nationalisme.

Simultanément à la rencontre Macron/Merkel, les Gilets jaunes ont manifesté à Aix-la-Chapelle, contre Macron, l’Union européenne et ce nouveau traité franco-allemand. Certains protestataires étaient venus depuis la France pour prendre part à ces manifestations.