L’UE distingue la lutte contre Israël et le sionisme de l’antisémitisme

L’UE a adopté, jeudi 6 décembre, une nouvelle définition de l’antisémitisme. La nouvelle déclaration de l’UE a désespéré Israël, vu qu’elle a exclu la lutte contre Israël et le sionisme de ce terme.

Selon le quotidien israélien Haaretz, l’UE n’a pas considéré la lutte contre le sionisme et les campagnes de boycott d’Israël comme des pratiques antisémites.

Plusieurs pays de l’UE ont refusé d’imposer des sanctions contre les campagnes de boycott d’Israël ou BDS.

Selon le site israélien Yediot Aharonot, l’Espagne et la Suède ont refusé de taxer d’antisémitisme la lutte contre Israël et le sionisme.

La Suède a même appelé à ce que la déclaration comprenne le racisme contre les musulmans. Mais sa demande a été refusée vu que la décision européenne évoque toutes formes de racisme.

Selon les médias israéliens, la proposition européenne a été soutenue par le chancelier autrichien Sebastian Kurz, dont le pays assure la présidence du Conseil européen, composé des chefs d’État ou de gouvernement des États membres, et soutenu par les États membres de l’UE.