Le projet Neom mis à mal ?

Lors d’une réunion privée, Mohammed ben Salman, le tristement célèbre prince héritier saoudien, a explicitement parlé des conséquences du meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul tout en reconnaissant que l’affaire aller nuire au projet ambitieux Neom, notamment en faisant fuir les investisseurs étrangers, a rapporté le quotidien économique britannique « The Financial Times ».

« Plus personne ne va investir dans le projet pour au moins des années », aurait déclaré le dirigeant saoudien, selon un des collègues de ceux qui avait pris part à la réunion.

Les commentaires du prince héritier étaient une reconnaissance du fait que la crise déclenchée par le meurtre de Jamal Khashoggi risquait de saper ses audacieux projets de modernisation du royaume conservateur avec le soutien de capitaux et de compétences étrangers, a indiqué le « Financial Times ».

Depuis le meurtre du journaliste saoudien, les conseillers de Neom, y compris l’architecte Norman Foster, ont pris leurs distances par rapport au projet, soulignant les risques politiques et de mauvaise réputation liés à l’association avec le prince héritier, a fait savoir le « Financial Times ».

L’économie saoudienne était déjà en difficulté avant le meurtre de Khashoggi en octobre. « Les chefs d’entreprise ont été convoqués à huis clos avec le prince héritier pour relever les défis auxquels ils sont confrontés dans leur lutte contre la croissance économique morose et le sentiment de déprime qui les a gagné », a noté le quotidien britannique.

« Situé sur la côte nord-ouest du royaume, Neom ne se compose pour le moment que de deux palais où le roi Salman a passé ses vacances d’été au lieu de ses escapades habituelles au Maroc et en Europe », a rappelé le quotidien.

Il comprend également un complexe hôtelier qui a accueilli des délégations de financiers et d’experts.

Parmi ces derniers, l’un des plus important, Masayoshi Son, dirigeant de la holding japonaise « Softbank », qui s’était fié sur un apport saoudien de 45 milliards de dollars pour financer son fonds d’investissements dénommé « SoftBank Vision Fund », a déclaré à Mohammed ben Salman que l’affaire Khashoggi l’avait mis dans une position difficile, ont indiqué les personnes informées de la réunion, où le prince avait même été amené à s’excuser.

Par ailleurs, un projet solaire de 200 milliards de dollars avec SoftBank a été également réduit, ont déclaré deux personnes proches de l’accord.

L’entrepreneur britannique fondateur de « Virgin Group », Sir Richard Branson, a également suspendu les discussions avec Riyad sur ses projets d’investissements dans des sociétés spatiales, ce qui a incité le royaume à mettre fin aux négociations à venir sur le projet de transport « Virgin Hyperloop One ».

Plusieurs transactions d’investissements dans l’industrie manufacturière et la vente au détail ont également été gelées, ont déclaré des banquiers et des avocats.

Il convient de rappeler que l’un des principaux détenus suite à l’affaire Khashoggi, l’ancien ministre de l’Économie, Adel Faqih, était le pivot du plan de transformation « Vision 2030″ du prince héritier. Sa détention a ralenti le programme de réformes, les effectifs ayant été changés et les plans redéfinis, ont annoncé des conseillers cités par le « Financial Times ».

 

Même s’il apparait clair que l’assassinat sordide du journaliste a porté un rude coup au prince héritier Mohamed Ben Salman, dont l’image restera pour longtemps entachée par ce crime, et que cela a eu pour conséquence un ralentissement et des hésitations quant à la continuation du projet Neom, il semble peu probable que cela mette fin à cette ambitieuse entreprise.

Le Parti Anti Sioniste est d’ailleurs convaincu que les soutiens et appuis américano-sionistes qui ont réussi à maintenir au pouvoir celui qu’on surnomme « le prince rouge », malgré son implication évidente dans le meurtre, ne sont dus qu’au fait que Ben Salman doit mener à son terme le projet Neom dont il est la figure de proue.

Ainsi, le fait que Ben Salman soit resté en selle envers et contre tous, montre bien l’importance de ce projet qui prend le pas sur toute autre considération.

Quoiqu’il en soit, il est clair que pour ses concepteurs, NEOM se fera, avec ou sans MBS.