Le Maroc se retire de la coalition arabe au Yémen? Les Houthis envoient un message à Rabat

Suite aux informations selon lesquelles Rabat aurait interrompu sa participation militaire dans le conflit au Yémen, les Houthis ont envoyé au Maroc un télégramme pour le remercier de ce geste, considéré comme un pas vers la cessation des hostilités.

En effet, plusieurs sources gouvernementales interrogées par AP, RFI et plusieurs médias marocains ont affirmé début février que Rabat interrompait sa participation militaire dans le conflit au Yémen.

Le Premier ministre de l’administration houthie, Abdel Aziz ben Habtour, a jugé «positive» la décision marocaine de suspendre sa participation aux côtés de la coalition arabe au Yémen, rapporte l’agence yéménite Saba.

Dans un télégramme envoyé au Premier ministre marocain, le responsable houthi a noté «l’importance et l’impact positif de cette décision sur les relations entre le Yémen et le Maroc», la considérant comme «une preuve du caractère absurde que revêt cette agression».

Il a également espéré qu’en prenant la décision de se retirer du conflit, les autorités marocaines contribueraient à la cessation des hostilités.

Certains médias ont également affirmé que le Maroc aurait rappelé son ambassadeur à Riyad sur fond de tensions entre les deux pays.

Contacté par Sputnik le 11 février, le ministre marocain des Affaires étrangères a pourtant démenti le rappel de l’ambassadeur. Les informations concernant la participation marocaine à la coalition au Yémen n’ont pour l’instant été ni confirmées officiellement ni démenties.

Auparavant, l’agence américaine Associated Press avait rapporté, citant des sources gouvernementales marocaines, que les relations entre le Maroc et l’Arabie saoudite traversaient une crise.

Aux origines de celle-ci, le media cite l’entretien accordé fin janvier par Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, à la chaîne qatarie Al Jazeera.

Lors de cette interview, le ministre avait indiqué que l’engagement de son pays dans le conflit au Yémen, sous la direction de la coalition arabe menée par Riyad, avait «changé».

Le Yémen est en proie à une guerre civile depuis 2014, opposant le gouvernement issu de la révolution de 2012 aux rebelles Houthis. Le conflit s’est internationalisé en mars 2015 avec l’intervention de nombreux pays musulmans menés par l’Arabie saoudite en soutien au gouvernement en place.

La situation humanitaire y est qualifiée par l’Onu de «pire crise humanitaire du monde», le dernier bilan du conflit datant de 2016 faisant déjà état de 10.000 morts.

Source : Sputnik