Le Glyphosate, ce danger qui dérange

Alors que la plupart des militants écologistes et des consommateurs approuvent l’idée d’interdire le Glyphosate, les gouvernements, les agriculteurs et les pouvoirs publics repoussent l’échéance.

Les débats, émaillés par les soupçons de fraude scientifique, de lobbying et de conflits d’intérêt n’en finissent plus et la polémique fait rage, c’est pour cela qu’il nous apparait utile de revenir sur la définition, la fonction et les effets de ce produit si controversé.

Le Glyphosate est une molécule chimique issue du célèbre produit « Round up », désherbant le plus vendu au monde, et qui est commercialisé par la firme américaine Monsanto depuis 1974. Le brevet étant tombé dans le domaine public depuis 2000, le glyphosate est désormais aussi utilisé dans la composition de la plupart des désherbants.

Le Glyphosate en quelques chiffres c’est :

. 8000 tonnes utilisées par an en France

. 800 000 tonnes vendues chaque année dans le monde

Ses propriétés, sa simplicité d’utilisation et surtout son coût, expliquent pourquoi il est tant utilisé dans le monde de l’agriculture et la raison pour laquelle il est si difficile de s’en défaire.

Cet herbicide nous est donc vendu comme une sorte de produit miracle, une solution à tous nos problèmes, mais que renferme-t-il vraiment ?

La toxicité des Glyphosates a été mesurée et prouvée dans les différents éléments qui composent notre nature, tant dans la faune que dans la flore, et ses conséquences dangereuses sont connues. Mais pour de multiples raisons, notamment financières et pratiques, elles sont minimisées, voire occultées.

Cela s’explique par le faible nombre d’études réalisées quant aux effets de ce produit sur l’être humain, ainsi que leurs résultats contradictoires. De plus il est difficile de faire le point quand une grande partie des études émane des industriels eux-mêmes.

A ce jour, la communauté scientifique est donc divisée sur le degré de toxicité du Glyphosate, malgré les nombreux arguments qui viennent appuyer cette théorie.

Pourtant, la société Monsanto a récemment été condamnée à une amende de 289 millions de dollars car son désherbant a été reconnu responsable du cancer de Dwayne Johnson, un jardinier qui utilisait ce produit depuis de nombreuse années.

Mais là n’est pas le seul problème, en effet, l’utilisation de pesticides comme le Glyphosate provoque la mort de millions d’abeilles et menace carrément d’extinction ces insectes essentiels à la vie de l’Homme.

Il est donc temps de se réveiller en prenant conscience de la gravité de la situation !

Mais existe-t-il une alternative au glyphosate ?

Contrairement à ce que tentent de nous faire croire les lobbies de l’agrochimie, soucieux de vendre leurs produits toxiques, la réponse est oui. En effet, de nombreuses solutions de substitutions ont étaient mises en place afin de palier à l’utilisation de ce produit. Notamment à travers la plantation de plantes utiles qui viennent étouffer les mauvaises herbes, comme par exemple le chanvre et le chardon. Ceci est un exemple parmi tant d’autres et il existe donc une multitude d’alternatives.

Le problème n’est donc pas le manque de solutions, mais bel est bien la volonté de changer.

Le Parti Anti Sioniste condamne avec force les industriels de l’agrochimie, qui vendent intentionnellement ce produit au détriment de la santé et de la vie humaine et de notre environnement écologique.

Cherchant le profit à tout prix, leur mépris pour la vie humaine les pousse à mettre toute notre planète en danger.

Nous condamnons également les politiciens qui doivent absolument prendre leurs responsabilités en interdisant ce genre de produits néfastes et en refusant d’obéir aux lobbies de l’industrie chimique.

Il est temps que nos dirigeants se mettent au service du peuple qui les a élu, et non pas des intérêts de l’oligarchie financière contrôlée par le sionisme international.

Nous invitons également les citoyens à prendre conscience du danger et à refuser d’utiliser ces produits destructeurs en les remplaçants par de nouvelles alternatives à ce produit.