La Chine frappera-t-elle les navires US ?

Un porte-avions de l’US Navy en mer de Chine. (Photo d’archives)

Les tensions entre Washington et Pékin se sont intensifiées ces derniers mois en raison du nombre croissant des missions de la marine américaine en mer de Chine méridionale et des efforts de la Chine pour renforcer sa présence militaire dans des territoires disputés par d’autres puissances asiatiques.

Dans ce contexte, le vice-amiral Luo Yuan, directeur adjoint de l’Académie des sciences militaires de l’Armée populaire de libération, a laissé entendre que le fait de couler deux porte-avions américains résoudrait le conflit autour des mers de Chine orientale et méridionale, a rapporté Sputnik citant des médias taïwanais.

S’exprimant lors d’un sommet de l’industrie militaire chinoise le 20 décembre, Luo s’est adressé à l’armée américaine, qu’il a décrite comme l’une des « cinq sources de faiblesse » des États-Unis. Selon l’universitaire, « ce que les États-Unis craignent le plus, ce sont des pertes en vies humaines ».

Mentionnant les capacités croissantes de la Chine en matière de missiles anti-navires et de missiles de croisière, Luo a déclaré que la destruction d’un seul porte-avions coûterait la vie à 5 000 soldats américains, tandis que la destruction de deux de ces transporteurs doublerait les pertes.

« Nous verrons à quel point l’Amérique est effrayée », a-t-il déclaré.

D’une manière plus générale, Luo a déclaré qu’en traitant avec Washington, Pékin devait « utiliser sa force pour attaquer les faiblesses de l’ennemi. Attaquer là où l’ennemi craint d’être touché. Partout où l’ennemi est faible, tirez parti de vos points forts ».

Luo a suggéré que les « cinq faiblesses » que la Chine peut utiliser pour faire pression sur les États-Unis sont leur armée, le dollar, leur talent, leur système électoral et leur peur des adversaires.

Le mois dernier, un groupe de réflexion basé à Washington a averti que la marine américaine risquait de perdre sa supériorité, compte tenu des difficultés rencontrées pour faire face aux défis « posés par de grandes puissances comme la Chine et la Russie ».

Ces menaces comprenaient les forces balistiques de ces deux pays et la capacité insuffisante des États-Unis à les contrer avec les systèmes de défenses antimissiles existants.

La Chine revendique la souveraineté d’une grande partie des eaux de la mer de Chine méridionale. Pékin a construit des îles artificielles dans cette zone, une action qui a entraîné les protestations de certains pays de la région et des États-Unis.

Sous prétexte de défendre la liberté de navigation, les États-Unis ont déployé des unités maritimes et aériennes dans cette région.