Journée mondiale de l’enfant : l’occupation arrête plus de 900 enfants depuis le début de 2018

Le club des prisonnierpalestiniena fait un constat alarmant, le 20 novembre dernier à Ramallah, lors de la journée mondiale de l’enfant. En effet, idénonce le fait que, de janvier à octobre 2018, 52 enfants palestiniens ont été tués par les forces d’occupation israélienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, et que 908 mineurs ont été arrêtés

Pour rappel, cette journée mondiale fut approuvée, le 20 novembre 1959 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Depuis, elle est célébrée chaque année.

Le club des prisonniers palestiniens a attiré l’attention sur le fait que pas moins de 270 enfants ont été jetés dans les prisons de Mejjedo et Ofer, en plus de ceux détenus dans les centres israéliens de Jérusalem, où le nombre inquiétant d’enfants ne cesse d’augmenter.

Il fait aussi remarquer que les autorités israéliennes sont violentes et brutales à l’égard des enfants palestiniens lors de leur détention. De plus, elles les extraient de leur domicile, en pleine nuit, les arrachant à leur sommeil.

Depuis 2015, on a mentionné des dizaines de cas où les forces israéliennes ont directement et délibérément tiré sur des enfants pendant leur arrestation.

Les enfants palestiniens sont transférés par les autorités israéliennes de l’occupation dans un centre de détention, les laissant à leur sort sans manger ni boire, les agressant, les insultant et les soumettant à des condamnations abusives et des amendes très élevées, a-t-il alerté.

Cette atteinte à leur droit ne s’arrête pas là puisque ces violations continuent tout au long de la période de détention dans les centres. Les enfants palestiniens se voient refuser la poursuite de leurs études. On leur interdit même le droit de recevoir la visite de leur famille et de recevoir un traitement pour ceux qui souffrent de maladies nécessitant des soins intensifs et un suivi médical, a aussi dénoncé le club des prisonniers palestiniens.

D’après lui, depuis 2015 de nombreux changements ont eu lieu concernant les enfants détenus, spécialement sur l’adoption de plusieurs lois ou projets de loi racistes, qui imposent des peines sévères aux enfants, allant parfois à plus de dix ans de prison, voire à perpétuité.

Le Club renouvelle et appelle une fois de plus les organisations internationales des droits de l’homme, surtout le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), à redoubler leurs efforts pour protéger les enfants palestiniens.

 

De même, le Parti Anti Sioniste renouvelle à son tour cet appel aux organisations internationales des droits de l’homme qui restent, malheureusement, sourdes, muettes et impuissantes face aux souffrances des enfants palestiniens.

Ces enfants se voient, en plus de subir la colonisation, la confiscation ou la destruction de leur domicile et la perte de l’un ou de plusieurs membres de leur famille. Ils sont emprisonnés sans jugement, sans prendre en compte l’âge leur âge et sont entassés dans des geôles surpeuplées, privés de leurs droits fondamentaux. Ils sont humiliés, rabaissés et privés de leur enfance et de ce qu’elle représente :  la sécurité, l’amour et la paix.

Nous sommes parents et nous nous mettons à la place de ces mères, de ces pères, de ces familles détruites, qui se voient arracher leurs enfants, impuissants, et dont l’appel au secours reste sans réponse.

Il est temps que tous prennent leur responsabilité et répondent à cet appel poignant qu’est la souffrance des Palestiniens.

Il est grand temps que justice soit faite.

Et, s’il s’agissait de vos enfants, qu’auriez-vous fait ?