Israël entre couches-culottes et S300

Alors qu’en France les agents du Mossad viennent de s’attaquer à une association antisioniste inoffensive et pacifiste, en exigeant la mobilisation de l’appareil sécuritaire hexagonal pour une opération dont le cout pour le contribuable français a dû être à la hauteur des moyens colossaux déployés, et qui a permis de constater que le Centre Zahra France n’avait rien à se reprocher, la musique est toute autre au Moyen-Orient.

En effet, dans cette région où les forces de l’Empire américano-sioniste ont semé le chaos, l’armée criminelle du régime de Tel-Aviv n’a pas face à elle des militants dont la seule arme est la dénonciation sur internet des méfaits de l’entité terroriste israélienne, ni des enfants armés de cailloux comme en Palestine occupée, mais les soldats déterminés d’un état souverain, qui refuse de plier face à l’impérialisme sioniste.

Les tueurs de l’armée de l’air israélienne doivent désormais prendre soin de ne pas oublier d’utiliser les couches-culottes que leur fournie depuis 2009 la société SK Trading, avant de se risquer à violer l’espace aérien de la République souveraine de Syrie, à qui Moscou vient de livrer 3 batteries de S-300PMU2 comprenant huit systèmes de lancement et 300 missiles.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait annoncé le 2 octobre dernier que la Russie avait achevé de livrer des systèmes S-300 à la Syrie et qu’elle avait remis au pays 49 équipements militaires. Au cours des trois prochains mois, les spécialistes syriens seront formés au maniement de ces systèmes, avait-il ajouté.

La livraison fait suite à la destruction le 17 septembre dernier d’un avion de reconnaissance IL-20 russe par la DCA syrienne, en réaction à une frappe israélienne, et qui  avait causé la mort des 15 membres russes de l’équipage.

Le système S-300, considéré par les experts comme l’un des plus avancés au monde, peut couvrir l’ensemble de la côte syrienne, le sud du Liban et le nord de la Palestine occupée.

Désormais, l’aviation sioniste devra y réfléchir à deux fois avant d’oser défier la défense anti-aérienne syrienne, et apporter son soutien aux terroristes de Daesh and Co en pleine déconfiture.

Elle pourra toujours se consoler en bombardant les populations civiles de Palestine occupée, une spécialité qu’elle maitrise à la perfection, tant il est plus aisé de se battre contre des manifestants désarmés que face à de véritables soldats. Le courage légendaire de cette armée de tueurs pourra donc seulement continuer à s’exercer sur les femmes et les enfants, domaine dans lequel elle excelle.

C’est toute la différence qu’il existe entre les soldats suréquipés d’une armée d’occupation, et des peuples qui n’ont que la libération de leur terre et leur refus de la soumission, comme motivations.

Les premiers ne s’engagent dans une bataille qu’à condition d’être certains de l’emporter, emmenant avec eux crainte et couches culottes, quand les seconds n’ont pour bagages que leur courage et la justesse de leur cause.

Le Parti Anti Sioniste se félicite de la nouvelle équation découlant de cette livraison de S300, des armes défensives qui empêcheront désormais les aviateurs de l’état terroriste israélien de bombarder à leur guise un pays étranger.

S’il elle souhaite se confronter à l’armée légitime du peuple syrien et à ses alliés, l’entité sioniste infanticide devra donc désormais envoyer des troupes au sol pour remplacer ses mercenaires takfiris en déroute.

Mais le monde entier sait que cela est impossible, et que les « valeureux » soldats de cette armée coloniale ne s‘aventureront jamais sur ce terrain-là. Car en face, ce ne seront pas des enfants ou des hommes désespérés armés de couteaux qu’ils trouveront, mais une véritable armée prête à les accueillir comme il se doit, et à défendre becs et ongles son territoire. Le souvenir de sa défaite humiliante de l’été 2006 au Liban est encore vivace.

À moins qu’elle ne demande à d’autres, comme à son habitude quand le péril est trop grand, de faire le travail à sa place. Soldats français, britanniques ou américains, à qui l’honneur ?

Dans le cas contraire, il faudra que le département logistique du ministère israélien de la défense pense à augmenter considérablement ses stocks de couches-culottes.  

Commentaires