Israël et le trafic d’organes

trafic d'organesIsraël et le trafic d’organes

Je voudrais vous parler aujourd’hui de 2 affaires judiciaires de trafic d’organes qui mettent en cause l’état d’Israël et le sionisme.

La première éclate au grand jour fin juillet de cette année aux États-Unis dans l’Etat du New-Jersey où un réseau a été démantelé par le FBI. Les prévenus sont soupçonnés de corruption, d’extorsion de fonds, de blanchiment d’argent et de trafic d’organes. 5 rabbins, 3 maires de l’état du New-Jersey et 2 députés ont été arrêtés par le FBI après des années d’enquête selon une dépêche de l’AFP reprise par le Jérusalem Post dans son édition française. Les médias américains se sont emparés de l’affaire.

Au même moment, le plus grand quotidien suédois publie un article d’un photographe et journaliste, Donald Bostrom, qui a rencontré des familles palestiniennes affirmant que des organes avaient été prélevés sur les cadavres de leurs proches. Des autopsies non justifiées avaient eu lieu, les corps étaient conservés jusqu’à 5 jours et rendus la nuit sous escorte militaire, les secteurs étant bouclés pendant les funérailles. Le gouvernement israélien est intervenu avec force auprès du gouvernement suédois qui lui a donné une leçon méritée quant à la liberté de la presse en Suède. De là est née une crise diplomatique entre la Suède et Israël, qui a déjà lancé selon son habitude l’accusation d’antisémitisme à l’encontre du quotidien suédois.

Cette accusation a immédiatement été relayée en France par l’antenne habituelle du lobby sioniste : le CRIF et ses complices. Le même soupçon d’antisémitisme a également été émis à l’encontre de la justice américaine après l’arrestation des 5 rabbins.

On reconnait bien la musique, surtout en France : quand un sioniste est pris la main dans le sac, il suffit de crier à l’antisémitisme pour discréditer l’adversaire. Ce chantage permanent souvent accompagné de poursuites judiciaires intimide et finit par faire taire un grand nombre de personnes qui préfèrent se réfugier dans le silence.

C’est justement pour briser ce silence que le Parti Anti Sioniste a été fondé.

Au sujet du trafic d’organes et d’Israël, nous savons que le taux de dons d’organes est tellement bas que le pays ne peut pas participer au programme de la Communauté européenne de transplantation, Communauté européenne pourtant si complice d’Israël et du sionisme. Il faut donc trouver les organes autrement et ailleurs, et tous les moyens semblent bons.

Nous trouvons à nouveau 2 caractéristiques du sionisme et de ses lobbys :

– un État, Israël, au dessus du droit international depuis sa création, refusant en permanence toute inspection ou contrôle international sur son territoire, mais l’exigeant pour les autres pays ;

– l’accusation systématique d’antisémitisme à quiconque s’oppose à sa politique.

Cette accusation à force d’être répétée a perdu de sa crédibilité, même si, malheureusement, trop d’honnêtes gens se laissent encore influencer.

Et puis il y a les faits incontestables : un État raciste, avec l’agression comme seule politique, la spoliation, l’usurpation, le phosphore blanc utilisé contre la population de Gaza… Tout cela démasque chaque jour davantage la réalité du sionisme. C’est pour cela que des juges intègres aux États-Unis poursuivent des rabbins, conformément à la loi. De même en Suède un grand quotidien peut dénoncer le trafic d’organes, déjà dénoncé en 2001 dans le grand magazine américain The New-York Times, citant l’État d’Israël comme l’une des nations les plus actives sur le marché international du trafic d’organes avec un accord tacite du gouvernement israélien.

Ce trafic d’organes n’est qu’un aspect du caractère criminel du sionisme. Il y en a bien d’autres que le Parti Anti Sioniste ne cesse de dénoncer en France.

Mais la domination sioniste s’étend à toute la planète et seul un combat mondial peut en venir à bout. C’est pourquoi à l’appel de l’Ayatollah Khomeiny a été instaurée une Journée Mondiale de Jérusalem contre le sionisme. Cette journée s’adresse à tous les opprimés et déshérités du monde et est un moment fort de mobilisation et de lutte.

Cette année la Journée Mondiale de Jérusalem contre le Sionisme se déroulera à Paris le Samedi 19 septembre 2009. L’heure et le lieu seront précisés ultérieurement, mais d’ores et déjà retenez cette date pour vous joindre à nous, parlez-en autour de vous, venez nombreux pour renforcer le Front Uni contre le Sionisme.

Faisons de cette journée mondiale un moment fort de fraternité et d’unité entre nous tous, chrétiens, juifs, musulmans et humanistes…

Le Président,
Yahia Gouasmi.