La colonisation financée par le Trésor américain !

tresor_americain Selon le journal New York Times du 06 juillet 2010, le Trésor américain offre des crédits d’impôt aux fondations qui font des dons de soutien à la colonisation sioniste dans les territoires palestiniens occupés. Cet article, paru au moment de la visite de Netanyahou à la Maison Blanche et de sa poignée de main avec Obama, va dans le sens des déclarations du Président américain : « La coopération économique et militaire entre les États-Unis et Israël s’est poursuivie, même si la presse n’en parle pas… »

Cela prouve que la politique d’Usraël ne change pas, excepté sur un point : l’hypocrisie et le double langage !  George Bush, au moins, ne cherchait pas à faire croire qu’il était l’ami des Palestiniens et des Musulmans. Il voulait au contraire les « remodeler » avec des frappes militaires à l’appui. Bien sûr, Obama continuera à exiger un État palestinien, pendant que la colonisation, défiscalisée par le Trésor américain, se poursuivra. Il s’agit simplement pour le lobby sioniste américain de gagner du temps, afin de continuer à refouler davantage la population palestinienne hors de son territoire. Les colonies sionistes construites sur les terres de Palestiniens spoliés constituent déjà 42 % du territoire de la Cisjordanie.

Mais les populations de Gaza et de Cisjordanie ne se laissent pas intimider par la haine que leur vouent Israël et Obama, poursuivant leur combat contre le sionisme et son principal soutien : Usraël. Cette haine qu’ils subissent s’étend également à la République Islamique d’Iran, que Barack Obama menace par tous les moyens de pression dont disposent encore les États-Unis, notamment le vote de sanctions aux Nations Unies.

La moindre complaisance envers Obama et sa politique revient ainsi clairement à entretenir des illusions qui aident, de façon sournoise, le sionisme à continuer son sale boulot. Mais il ne faut pas se laisser duper par les attaques que certains organes sionistes dirigent contre Obama. Ces attaques poursuivent en effet deux objectifs : mieux dissimuler le soutien d’Obama à Israël (bien qu’il soit confirmé chaque jour dans la presse américaine), et souder davantage les communautés juives autour de l’entité sioniste, en agitant en permanence la menace d’un lynchage américain…

Peut-on gagner aux États-Unis les élections de mi-mandat (en novembre), sans le soutien du lobby sioniste et de ses dollars ?  Poser la question, c’est y répondre. Et Obama ne le sait que trop bien !

 

Le Président,
Yahia Gouasmi.