Aux semeurs de haine, à la parole qui tue

C’est avec effroi que le monde a découvert hier la nouvelle du carnage de Christchurch en Nouvelle-Zélande, dont les images insoutenables de musulmans paisibles assassinés sauvagement alors qu’ils venaient assister à la prière du vendredi, ont fait le tour de la toile.

Un acte terroriste qui glace le sang par son caractère méthodique et inhumain, et que nos médias ont pourtant relégué au second plan alors que les jours précédents, ils relayaient complaisamment une offensive virulente contre l’Islam et les musulmanes portant le hijab, qui étaient une fois de plus stigmatisés et insultés au nom bien sûr de cette sacro-sainte liberté d’expression qui ne s’exerce que lorsqu’il s’agit de les insulter (affaires Décathlon, Nocibé, Etam, propos de la ministre Schiappa ou d’Anne-Christine Lang député LREM etc..).

De même, nulle trace hier de nos politiciens et intellectuels islamophobes qui ont habituellement leur rond de serviette sur nos plateaux télé et radio pour nous expliquer que les maux de la France proviennent essentiellement de l’Islam et des musulmans. Un thème dont ils veulent absolument imposer la centralité, alors que la révolte des Gilets Jaunes ne cesse pourtant de démontrer que les problèmes des Français sont très loin de cette propagande mensongère et criminelle, puisque la question de l’Islam n’apparaît jamais dans leurs revendications.

Ce sont ces mêmes personnes qui ont inspiré le tueur australien, d’après ses propres écrits. En effet, leurs propos appelant à la haine ont exercé une influence évidente et concrète sur ce dernier, l’amenant à abattre froidement, comme dans un jeu vidéo, 49 hommes, femmes et enfants dont le seul tort était d’être musulmans.

À l’heure où le Parti Anti Sioniste et le Centre Zahra France subissent les pressions et les menaces de dissolution du ministère de l’Intérieur, sous prétexte que leur message antisioniste, pourtant sans équivoque, pourrait, peut-être, éventuellement, de manière « subliminale », être mal compris, et amener des personnes fragiles à développer des sentiments antisémites et haineux. Ce même ministère, ainsi que notre gouvernement, permettent de manière irresponsable à des pyromanes dont nous ne nous rabaisserons pas à citer les noms, de tenir des propos appelant clairement à la haine contre les musulmans et propageant la xénophobie.

Nous ramenons donc à leurs responsabilités l’ensemble de ces incendiaires ou complices par passivité ou silence, qui ont tous leur part dans ce carnage, quand bien même indirecte:

– Ces politiciens, pseudo-intellectuels et autres chroniqueurs télé, qui ont passé les dernières décennies à insulter l’Islam et ses adeptes.

Ils peuvent être fiers du résultat de leur propagande consistant à diaboliser et déshumaniser les musulmans, qui a permis de faciliter le passage à l’acte de ce monstre qu’ils ont contribué à former intellectuellement.

– Également les autorités politiques qui n’ont rien fait pour empêcher la diffusion d’une propagande aussi violente et extrêmement dangereuse pour la paix civile.

– Enfin, les responsables musulmans dont la passivité devant la stigmatisation dont sont continuellement victimes les adeptes de l’Islam en France, depuis des années, a permis aux racistes et islamophobes de tout bord et de tout poil de repousser toujours plus loin les limites de leur propagande haineuse.

Le Parti Anti Sioniste condamne cette terrible catastrophe et partage la douleur des proches des victimes à qui nous présentons toutes nos condoléances, ainsi qu’à toute la communauté musulmane mondiale .

Nous appelons également les musulmans de France à ne plus accepter de se faire insulter et stigmatiser systématiquement, au point que cela soit devenu chose normale.

L’heure est à la mobilisation des consciences, et les moyens pacifiques existent afin de stopper ce déferlement de haine à l’encontre d’une religion et de ses adeptes : manifestations pacifiques, dépôts de plaintes systématiques contre les personnalités qui tiennent des propos haineux et discriminatoires, sanction électorale de tout responsable politique au discours islamophobe, boycott de toutes les entreprises pratiquant ou véhiculant cette discrimination (radios, télévisions, journaux, magasins…)…

Le respect et la dignité ne se quémandent pas, il s’obtiennent grâce à une mobilisation de chaque instant, dans une attitude pacifique mais néanmoins intransigeante.

N’attendons pas qu’un drame arrive pour prendre les dispositions qui s’imposent, car il semble évident que ni l’état, ni personne, ne viendra défendre cette communauté musulmane, pourtant paisible et travailleuse, et qui contribue grandement à la richesse de notre pays.

Les français non-musulmans épris de justice doivent également se joindre à cette mobilisation car il en va de la sécurité de notre nation.

Ce n’est qu’à travers une unité retrouvée, non seulement entre les croyants mais aussi entre toutes les femmes et les hommes de bonne volonté, que nous pourrons contribuer à apaiser les tensions et montrer le chemin à prendre pour plus de paix, de sécurité et de fraternité.

Quant aux semeurs de haine qui rêvent d’opposer les Français entre eux, en attisant les flammes de la division et de la colère, vos stratagèmes finiront une fois de plus par se retourner contre vous, comme l’a démontré l’Histoire à maintes reprises.