ALGÉRIE/RUSSIE : RELATIONS EXEMPLAIRES

« Nous souhaiterions que nos relations avec nos amis à travers le monde soient au même niveau que celles qui nous lient à l’Algérie.»

Ce sont là les propos tenus par M. Viktor Bondarev, le président du comité de la défense et de la sécurité du Conseil de la Fédération de Russie(Chambre haute du Parlement russe) au terme de l’audience que lui a accordée le président du Conseil de la nation (la Chambre haute du Parlement algérien), Abdelkader Bensalah.

En visite le 13 novembre à Alger, le parlementaire russe a salué, dans une déclaration à la presse le «haut» niveau des relations bilatérales sur plusieurs plans liant l’Algérie à la Russie.

Dans le cadre de la coopération militaire entre l’Algérie la et Russie, M. Viktor Bondarev a discuté avec des représentants du ministère algérien de la Défense au sujet de la coopération militaire entre l’Algérie la et Russie.

Cité par son service de presse mercredi, il a déclaré :

« À la demande de la partie algérienne, la possibilité de la création d’une entreprise conjointe pour la fabrication, la réparation, la prolongation de la durée de vie et l’élimination des munitions guidées et non guidées en Algérie est examinée.»

Tout en réitérant l’engagement de son pays à promouvoir ces relations au service des intérêts communs des peuples des deux pays, M.Bondarev a affirmé avoir évoqué avec M. Bensalah les relations parlementaires, en particulier l’accord de coopération signé en 2014 entre le Sénat algérien et le Conseil de la Fédération de Russie.

Pour sa part, M. Bensalah, s’exprimant sur la qualité des relations bilatérales entre l’Algérie et la Russie, a affirmé que ces dernières sont historiques «pérennes et régulières».

Selon lui, des projets de service après-vente de la production russe militaire sont, également à différentes étapes du développement.

Il a ajouté que la Russie envisageait de renforcer ses livraisons d’armes pour l’Algérie.

« À l’heure actuelle, la possibilité de livraison de nouveaux armements et matériels militaires qui n’ont pas encore été exportés en Algérie est examinée pour promouvoir les intérêts russes dans les conditions de la concurrence sur le marché algérien d’armes.»

Il s’est référé aux informations de la Défense algérienne, selon lesquelles au cours de la décennie écoulée, l’Algérie a acheté des armes russes pour plus de 26 milliards de dollars (23 milliards d’euros).

Rappelons que lors de sa visite officielle à Moscou les 18 et 19 février derniers, le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel a mené des discussions de haut niveau avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, puis avec le secrétaire du Conseil de sécurité Nikolaï Patrouchev et, enfin, avec le vice-président du Conseil de la Fédération, Ilias Oumakhanov.

Lors de ces entretiens, les questions de partenariats stratégiques concernant la coopération militaro-technique, scientifique, énergétique, industrielle et culturelle ont été abordées.

La visite du ministre algérien était aussi l’occasion d’évoquer les questions internationales et régionales d’intérêt commun, comme la situation en Syrie, en Libye, la question du Sahara occidental, la question palestinienne, et la lutte contre le terrorisme et la radicalisation, sur lesquelles la Russie et l’Algérie sont en parfait accord, selon un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères.

Rappelons, aussi que présent à la tête de la délégation algérienne au Forum international de l’Énergie nucléaire qui s’est tenu à Sotchi entre le 14 et le 16 mai derniers, M. Mustapha Guitouni, le ministre algérien de l’Énergie s’est entretenu avec M. Alexey Likhachev, le PDG de la société publique russe du nucléaire Rosatom concernant la coopération entre les deux pays dans le domaine du nucléaire civil.

Selon un communiqué du ministère algérien de l’Énergie, les deux responsables avaient évoqué la coopération bilatérale dans le domaine de l’énergie nucléaire civile.

«Les entretiens ont porté sur l’état des relations de coopération entre les deux pays dans le domaine de l’énergie nucléaire et ses utilisations énergétiques et non-énergétiques à des fins pacifiques ainsi que sur les perspectives de leur développement.», a annoncé le communiqué.

Afin de concrétiser ce programme, l’Algérie a signé plusieurs accords de coopération bilatérale avec plusieurs pays dont la Russie, outre une coopération multilatérale dans le cadre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (l’AIEA).

L’accord nucléaire entre l’Algérie et la Russie a été signé en 2014. L’agence russe Rosatom a annoncé, à cet effet, que l’Algérie projetait la construction d’une centrale nucléaire avec un réacteur à eau pressurisée vers 2025.

Il est à savoir que l’édition 2018 du Forum avait pour thème «partenariat mondial-succès commun». Les questions les plus actuelles de l’ingénierie nucléaire et de ses applications énergétiques et non-énergétiques à des fins pacifiques seront abordées.

Comme il est fort agréable de constater que les diverses avancées technologiques, scientifiques ou autres peuvent servir à multiplier, consolider et diversifier les relations diplomatiques, économiques voire amicales entre des pays et des peuples !

Les États qui prônent et encouragent de telles initiatives, où les intérêts de chaque partenaires sont respectés et préservés sont à prendre pour exemple afin de privilégier le climat de confiance qui doit être la base de toute relation.

Nous félicitons l’Algérie et la Russie pour les relations solides et privilégiées qu’elles entretiennent, puissent-elles durer encore longtemps…