À l’échelle d’un National-Sionisme

Il fut une période où des militants issus de milieux ou d’obédience politique opposés s’unissaient sous une bannière d’éveil, en témoignant publiquement contre la source des maux gangrénant la nation.

Et combien fut motivante cette victoire de 2009, un triomphe par lequel, notre Parti, accompagné de ses frères de lutte, désacralisa l’appellation péjorative d’antisionisme… Une dénomination jusque-là régulièrement assimilée à du racisme.

Et ce fut souvent au risque de devoir se serrer la ceinture que beaucoup de camarades continuèrent la lutte, chacun selon ses capacités, avec des audiences de moins en moins négligeables.

Si certains quittèrent bien malheureusement le navire antisioniste, d’autres y embarquèrent via des domaines très variés comme l’art, ou la réinformation, et jusqu’au sacrifice de leurs propres carrières (même politiques).

Force est de constater que cette vague révolutionnaire, patriotiquement dissidente et antisioniste, n’a pu échapper aux tentatives de parasitage, mettant en avant des caricatures aux discours racistes et progressivement sionistes. Une escroquerie Bolsonaresque, s’apparentant paradoxalement à un national-sionisme, trouvant très probablement ses racines et influences dans ce projet (mouvement) imaginé en marge du sommet de Jérusalem des leaders internationaux en 2016.

En effet, prétextant sa soi-disant libération de l’influence de son binôme George Soros, l’ancien conseiller de Donald Trump, Steeve Bannon, tentera de récupérer et coordonner les patriotes européens vers un projet, dont les fondations furent déposées, début 2017, par l’ancien président de la communauté israélite libérale de Belgique, Mischaël Modrikamen. Rappelons que ce dernier fut également chef d’un Parti populiste.

Ce projet « The Movement » est une organisation politique européenne d’influence sioniste, dont le but est de rassembler les mouvements européens dit « d’extrême droite ou populistes » juste avant les élections européennes de 2019.

« Israël est une lumière pour les nations »: avait déclaré Mischaël Modrikamen en décembre 2016.

C’est donc avec vigueur que le Parti Anti Sioniste met en garde contre tout esprit mal intentionné qui prônerait des revendications contraires au respect, à l’égalité et à la réconciliation, et qui tenterait de décrédibiliser ce combat plus que central qu’est l’antisionisme.

Le patriotisme et le nationalisme, sont des formes de résistance innée pour les esprits un tant soit peu éveillés à la question du mondialisme, tandis que le sionisme international représente la colonisation et la déshumanisation de nos patries et de nos nations. Ne laissons pas le grand Satan nous tromper en nous orientant vers des ennemis de paille.

Alors que l’adversaire tente de nous diviser pour mieux régner, l’unité dans la diversité reste notre cheval de Troie !

Unissons-nous contre la pieuvre sioniste, dont les tentacules polluent également nos milieux, nos idéologies et surtout nos cerveaux.

Derrière toute tentative de division, se cache un sioniste…