Qui est Seyyed Ali Khamenei ?

Ali Khamenei

Actuel « Guide Suprême » de la République Islamique d’Iran, Seyyed Ali Hosseyni Khamenei est l’unique leader d’un pays musulman que l’«Empire» américano-sioniste redoute.

Suscitant la crainte chez ses ennemis impérialistes, Seyyed «Al-Qaïd» (le Guide) inspire respect et admiration parmi les autres dirigeants et peuples de la planète, qui voient en lui le symbole du refus de la soumission à l’ordre occidentalo-sioniste.

Celui qui, d’un mot, peut soulever des millions de musulmans, prêts à se sacrifier sous ses ordres, a placé la libération de la Palestine au rang de priorité nationale.

Ce descendant du Prophète Mohamed (bsl), comme l’indiquent son turban noir et son titre de Seyyed, est né le 17 juillet 1939 dans une famille modeste de la ville sainte de Mechhed, dans l’est de l’Iran.

Fils de l’Ayatollah Seyyed Djavad Hosseyni, il étudie la théologie et la philosophie islamique à Qom, avant d’enseigner dans des établissements religieux de Mechhed.

Profondément attaché aux valeurs traditionnelles portées également par l’Imam Khomeiny, dont il fut l’élève, il s’oppose comme lui au despotisme et aux politiques islamophobes du Chah Mohammad Reza Pahlavi, ce qui lui vaudra plusieurs emprisonnements entre 1965 et 1979.

Il est l’une des principales figures de la Révolution Islamique qui renverseront le Chah en 1979, avec l’Ayatollah Khomeiny, dont il devient l’un des hommes de confiance et qui le nomme imam de la grande prière du vendredi à Téhéran à l’automne 1979.

La même année, Ali Khamenei devient membre du Conseil de la Révolution, et occupe successivement plusieurs postes importants : Secrétaire Général du Parti de la République Islamique (à la création duquel il a participé), puis Commandant des Gardiens de la Révolution.

Le 28 juin 1981, il échappe à un attentat meurtrier du mouvement terroriste des «Moudjahidines du peuple» qui souffle le siège du Parti de la Révolution Islamique, faisant 73 morts, dont l’Ayatollah Beheshti, quarante députés et quatre ministres. La bombe, dissimulée dans un magnétophone lors d’une conférence de presse, éclate près de lui et le blesse sérieusement, entrainant la perte de l’usage de sa main droite et d’un bras, ce qui l’oblige à se déplacer depuis, à l’aide d’une canne. Il gagne une réputation de miraculé parmi ses fidèles et porte officiellement depuis, le titre de «Martyr vivant».

Il déclare alors à l’époque : «Dieu m’a épargné pour des responsabilités plus lourdes».

Le 2 octobre 1981, après la mort de Mohammad Ali Radjai tué dans un attentat, Ali Khamenei devient le premier religieux à être élu président de la République Islamique, avant d’être réélu pour un second mandat en 1985.

C’est en 1989 que l’École Théologique de Qom lui décerne le titre d’Ayatollah, titre le plus élevé décerné à un savant religieux chiite.

Au même moment, à la mort de l’Imam Khomeiny, Ali Khamenei est élu Guide Suprême le 4  juin 1989, par  l’Assemblée des experts, un collège de 80 religieux, qui peut également le révoquer.

Le Guide est aussi appelé « Waliy Al Faqih », dénomination dérivée du concept de «Wilayat-Al Faqih», principe accordant au Guide Suprême une autorité qui englobe tous les aspects de la société, qu’ils soient spirituels ou politiques.

Entouré d’une armée de conseillers, le Guide, qui est également Marjaa Taqlid, (source d’imitation : la plus haute autorité religieuse dans le Chiisme duodécimain), est placé sous le regard d’une demi-douzaine d’instances de régulation du système.

Des rumeurs sur son état de santé lancées par la propagande sioniste afin de tenter de déstabiliser l’Iran, alimentent régulièrement les spéculations sur une guerre de succession.

«Ne vous inquiétez pas pour la santé du guide. Il fait deux heures d’exercice chaque jour, il nage et il escalade encore facilement», raconte un de ses compagnons de randonnée sur les hauteurs de Téhéran.

Père de six enfants, Ali Khamenei habite une demeure du nord de Téhéran, et est réputé pour mener une vie modeste et ascétique, à l’image des Prophètes qu’il prend pour modèles, comme le démontre sa vie.

Véritable force tranquille, il a le charisme et la certitude des hommes de Dieu, ne se soumettant à aucun compromis face à l’injustice.

Comme l’y enjoignent les principes de l’Islam, ses prises de position et ses déclarations ont toujours été en faveur des déshérités et des opprimés.

Il a fait de l’indépendance de l’Iran et de la cause palestinienne, le fer de lance de sa politique extérieure et n’a jamais dévié de sa ligne de conduite, malgré les pressions ininterrompues de l’Empire américano-sioniste pour le faire plier.

En effet, le Guide a toujours désavoué et dénoncé les ingérences de certains régimes et particulièrement des USA, dans les affaires intérieures des pays souverains et indépendants.

Il a érigé la cause palestinienne et la lutte contre le sionisme en lutte sacrée,  jugeant que cela représentait la boussole du combat des pays musulmans contre l’USraël, le wahhabo-sionisme et l’Arrogance internationale.

Très aimé et respecté par son peuple, comme les médias sionisés occidentaux ont pu le constater à contrecœur lorsqu’en 2009 il tua dans l’œuf  la «pseudo-révolution verte», cette tentative de déstabilisation de l’Iran par les américano-sionistes, en faisant descendre dans les rues du pays, des millions d’iraniens venus lui manifester un soutien sans faille.

Ali Khamenei est à l’origine de la montée en puissance de la République Islamique d’Iran, devenue un acteur incontournable sur la scène géopolitique mondiale.

Il est aujourd’hui l’incontestable leader de «l’Axe de la Résistance» à l’impérialisme américano-sioniste, qui donne des cauchemars aux ennemis de l’Humanité, dont il ne cesse de contrecarrer les plans diaboliques.

Quelques citations du Guide Ali Khamenei :

«Le système de domination est un système qui divise le monde en opprimés et oppresseurs. La logique de la Révolution qui est la logique de l’Islam est celle-ci : « Vous n’opprimerez personne et vous ne serez point opprimés » [Coran, 2: 279]. Vous ne devez pas opprimer les autres et vous ne devez pas laisser les autres vous opprimer.» (17/09/2013)

«Il est du devoir de tous les pays musulmans de défendre les droits bafoués du peuple innocent de Palestine».

«Les mains des Saoud sont souillées du sang des innocents au Yémen, en Irak et en Syrie». (07/09/2016)

«Les Américains disent qu’ils veulent négocier avec l’Iran. Cela fait maintenant plusieurs années qu’ils disent vouloir négocier avec nous. Ce n’est pas une occasion qu’ils nous auraient fournie. Au début de l’année, j’ai dit que je n’étais pas optimiste à ce sujet. Je ne vous interdis pas de négocier sur des questions spécifiques comme la question de l’Irak et un certain nombre d’autres questions, mais je ne suis pas optimiste parce que l’expérience a prouvé que les Américains étaient indignes de confiance, déraisonnables et malhonnêtes quand ils s’approchent de nous». (21/07/2013)

«L’unité des musulmans signifie que les Chiites et les Sunnites doivent s’unir pour lutter contre l’ennemi de l’Islam ! »

Lettre du Guide aux jeunes citoyens occidentaux (2015):

http://french.khamenei.ir//index.php?option=com_content&task=view&id=2054

 

Commentaires