Qu’est-ce que le sionisme ?

Selon Wikipédia, le sionisme est une idéologie politique fondée sur un sentiment national juif, décrite comme nationaliste par les uns et comme émancipatrice par les autres, prônant l’existence d’un centre territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d’Israël.

Mais en réalité cette définition ne reflète en rien la nature profonde du sionisme.

En effet celle-ci peut se définir de manières différentes selon notre degré de conscience et d’engagement.

1. Tout d’abord, la vision véhiculée par le sionisme lui-même est un amalgame voulu et réfléchi pour tromper et induire en erreur. En confondant le judaïsme et le sionisme, ce dernier devient alors la ligne directrice du judaïsme et prend ainsi en otage toute la communauté juive mondiale, en la rendant responsable de ses crimes.

L’antisionisme devient alors, par cette définition, la forme réinventée de l’antisémitisme, maxime maintes fois martelée par nos médias et nos hommes politiques.

Il s’agit bien évidemment d’une vision erronée, et  combattue par le judaïsme authentique tel qu’il est prêché par Yechouroun Judaïsme contre Sionisme ou Neturei Karta.

2. Une autre conception, admise par une grande majorité, est celle d’un conflit lointain entre Juifs et Palestiniens se battant pour un bout de terre que chacun réclame. Un combat qui ne nous concernerait donc en rien et ne nous toucherait nullement.

C’est une vision qui est propagée par nos médias de masse en vue de détourner l’opinion publique du danger que cette idéologie représente pour nous.

Elle est communément acceptée par une grande partie des associations pro-palestiniennes qui réduisent volontairement ou involontairement le sionisme, au conflit israélo-palestinien.

3. Mais beaucoup aujourd’hui prennent conscience que le sionisme est présent bien au delà du cadre des frontières de la Palestine occupée et qu’il prend racine dans :

  •       Les grandes instances internationales telles l’ONU, le FMI, L’OTAN, l’UE, La ligue Arabe.
  •       Les lobbies tel que l’AIPAC aux USA ou le CRIF en France qui oriente et définissent les politiques mises en place par les gouvernements.
  •       Les multinationales et les grands établissements financiers ainsi que les organes médiatiques qu’ils détiennent.

Tous ces groupes de pressions ultra-puissants oeuvrent à l’unisson dans l’objectif de sécuriser et de développer l’état illégitime d’Israël qu’ils ont crées, quitte à provoquer le chaos partout ailleurs.

Cette troisième définition est celle généralement défendue par la « Dissidence » et les médias alternatifs, taxés souvent de conspirationnistes ou de complotistes.

4. Mais une dernière catégorie de personnes considère cette idéologie comme étant la plus grande menace pour notre monde.

En effet, lorsque l’on relit la géopolitique à la spiritualité, on se rend compte que le sionisme est en réalité une invention diabolique, voulue et réfléchie, prenant forme à la fin des temps afin de soumettre l’Humanité.

L’objectif est de créer, à travers la mondialisation, une société globale, en apparence idéale, et qui aura pour capitale Jérusalem. L’hégémonie du sionisme sur l’ensemble de notre planète sera alors établie, et notre allégeance sera l’unique alternative.

Ainsi, toute résistance à ce nouvel ordre sioniste sera durement réprimée et tous les moyens seront utilisés pour casser ceux qui refuseront de s’y soumettre.

Dans cette conception du sionisme fondée sur l’eschatologie (la science de la fin des temps), cette société mondiale connaîtra son apogée avec l’apparition du Dajjal/Antechrist qui règnera sur le monde pendant une courte période avant d’être anéantie par le Messie et le Mahdi.

Ceci est la vision portée par Yahia Gouasmi du Parti Anti Sioniste, qui est également partagée par d’autres mouvements ou individus, tels le Centre Zahra, Yechouroun Judaïsme contre le  Sionisme ou encore Cheikh Imran Hossein.

Commentaires