Vladimir Poutine répond à Barack Obama !

Soutien à la Syrie : Vladimir Poutine répond à Barack Obama !
Soutien à la Syrie : Vladimir Poutine répond à Barack Obama !

Soutien à la Syrie : Vladimir Poutine répond à Barack Obama !

« Des avions militaires de transport AN-124 « Rouslan » du ministère de la Défense russe ont délivré de l’aide humanitaire dans la République arabe syrienne », a fait savoir le général-major russe Igor Konachenkov. L’aide humanitaire, composée de plus de 80 tonnes de biens de première nécessité a pu être acheminée aux Syriens, qui subissent le conflit depuis mars 2011, en dépit de la fermeture des espaces aériens bulgare et ukrainien.

Depuis la base militaire de Fort Meade dans le Maryland (Est des Etats-Unis), le président Barack Obama a estimé, le 11 septembre, que la stratégie de la Russie en Syrie consistant à soutenir les autorités syriennes était « vouée à l’échec », avant d’ajouter que « s’ils étaient prêts à travailler avec nous et les 60 pays de la coalition, alors il y avait une possibilité d’un accord politique de transition ».

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, répondait dès le 12 septembre aux critiques du président américain sur la stratégie russe en Syrie et déclarait qu’elles « n’étaient absolument pas nouvelles ». « Jusqu’à présent, malheureusement, personne ne pouvait dire quelle était l’alternative au gouvernement syrien légitime pour assurer la sécurité dans le pays, lutter contre l’avancée de DAESH et assurer l’unité du pays », soulignait le porte-parole russe avant d’ajouter « qu’imposer une quelconque décision au peuple syrien était inacceptable et dangereux ! » En effet, la Russie, qui s’est toujours opposée au départ de Bachar al-Assad, a lancé, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangère Sergueï Lavrov, un appel à la coopération militaire avec les Etats-Unis afin d’éviter « les incidents involontaires », précisant que Moscou continuerait à armer le gouvernement syrien dans sa lutte contre le terrorisme, exhortant les pays de la coalition à en faire de même.

Depuis l’envoi de l’aide humanitaire en Syrie, les médias occidentaux se déchaînent contre la Russie. Passés maîtres dans l’art de la désinformation, ils rendent Vladimir Poutine responsable de l’affluence de réfugiés en Europe, en raison de son soutien au dirigeant syrien Bachar al-Assad !

A multiples reprises, Vladimir Poutine a averti l’Europe du risque d’une crise des réfugiés si l’Occident persistait dans ses erreurs stratégiques au Moyen-Orient. Le président russe a accusé les dirigeants européens de ne pas voir plus loin que leur nez et de suivre aveuglément les directives des États-Unis. Il a également accusé les médias américains d’être hypocrites dans leur couverture de la souffrance des demandeurs d’asile arrivant en Europe.

En effet, la déferlante des réfugiés en Europe est la conséquence, d’abord, du choix politique occidental de créer, d’armer et de financer des groupuscules, ensuite le résultat de l’intervention militaire de la coalition internationale en Syrie, et non la conséquence de l’accession au pouvoir de Bachar al-Assad, laquelle remonte à juin 2000 ! Le président russe a répété que si l’Occident voulait réduire l’afflux des réfugiés et atténuer la menace du terrorisme, il devait tirer leçon des situations catastrophiques en Irak et en Libye, où la traque des dirigeants respectifs n’a nullement apporté la stabilité dans la région, au contraire…

A la suite du renversement des régimes irakien et libyen, des milliers de réfugiés ont été jetés sur les routes. On est en droit de se demander à qui profite le déplacement de ces populations.

Comme les Iraquiens et les Libyens, les Syriens sont les victimes de la convoitise et de la politique néo-colonialiste des Etats-Unis et de leurs alliés occidentaux sionisés. Le renversement de Bachar al-Assad fait partie de leur plan sioniste, qui consiste à annexer les pays de la région, parmi lesquels la Syrie. C’est pourquoi, ils ont créé, financé et armé ces groupes terroristes ; leur but final étant de vider la Syrie des Syriens, d’une façon ou d’une autre —par la mort ou l’exode—, comme ils l’ont fait pour l’Irak et la Libye ! Le rêve de l’entité sioniste n’est-il pas la construction du « Grand Israël », territoire devant s’étendre de l’Egypte à l’Irak ? Pourquoi la Libye, direz-vous ? Mouammar Kadhafi avait l’ambition de faire de l’Afrique, un continent fort mais les suppôts du sionisme en avaient décidé autrement, il n’était pas question que l’Afrique s’affranchisse des institutions esclavagistes sionistes parce que ne plus dépendre du FMI ou de la Banque mondiale signifie ne plus alimenter les caisses du sionisme…

[signature]Signature du président[/signature]

Commentaires