Communiqué : Israël attaque la Russie !

Lundi 17 septembre au soir, un appareil russe de type Illiouchine-20 a été abattu, par erreur selon Moscou, par la défense anti-aérienne syrienne. Celle-ci avait ouvert le feu pour intercepter des missiles israéliens visant des dépôts de munitions dans la province de Lattaquié (nord-ouest).

Le quadrimoteur à hélices, généralement utilisé pour des missions de surveillance, a disparu des radars lundi à 23H00 (20H00 GMT), au large de Lattaquié, selon le ministère russe de la Défense qui ajoute qu’il a été “abattu par un système de missiles S-200” de l’armée syrienne, tuant les 15 membres d’équipage.

Toutefois, l’armée russe a dirigé sa colère contre l’entité sioniste Israélienne, jugée responsable du drame en raison des tirs de missiles de ses quatre F-16.

En effet, « l’utilisant comme bouclier, les pilotes israéliens se sont abrités derrière l’avion russe Il-20 qui s’est retrouvé sous le feu des systèmes de défense aérienne syriens S-200 », a déclaré mardi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, ajoutant que les avions israéliens avaient «délibérément créé une situation dangereuse pour les navires de surface et les aéronefs dans la région».

Violant ses accords de coordination, l’entité sioniste n’avait pas prévenu la Russie de son opération militaire, et Moscou considère ses démarches comme hostiles en se réservant le droit de répondre.

“Nous considérons hostiles ces provocations de la part d’Israël” et “nous nous réservons le droit de répondre de manière adéquate”, a ainsi averti le porte-parole russe.

Suite au drame, l’ambassadeur israélien à Moscou, Gary Koren, a été convoqué au ministère des Affaires étrangères, alors que l’armée d’occupation sioniste a exprimé ses regrets et reporté la responsabilité de l’incident sur Damas.

Le président Vladimir Poutine, après avoir présenté ses condoléances aux familles des victimes, a évoqué des mesures de sécurité supplémentaires qui seront prises par Moscou pour ses militaires et ses installations en Syrie et qui seront «ressenties par tous».

Parmi ces mesures, il se pourrait que la Russie décide de créer une zone d’exclusion aérienne en Syrie à l’aide de ses S-300 et de ses S-400 voire même à l’aide d’escadrons de SU-35 ou de MIG-35 dotés d’imparables missiles qui pourront clouer au sol non seulement l’armée de l’air Israélienne mais aussi l’armada de l’US/OTAN. Une décision qu’elle a toujours hésité à prendre mais qui pourrait désormais se concrétiser.

Ce drame arrive quelques heures à peine après l’annonce d’un accord russo-turc sur la création d’une zone démilitarisée à Idlib, dernier grand bastion terroriste où l’armée syrienne et ses alliés préparaient une opération militaire d’envergure afin de récupérer la région.

Cette zone tampon sera mise en place mi-octobre, et les groupes terroriste dont Hayat Tahrir al-Cham (ex Front Al-Nosra), en seront exclus et devront quitter la région, après avoir été désarmés.

Cet accord satisfait Damas ainsi que ses alliés russes et iraniens, car il permettra à l’armée syrienne de récupérer la région d’ Idlib en toute facilité, en évitant un bain de sang et consacrera alors la victoire définitive de l’Axe de la Résistance sur les forces terroristes à la solde de l’Empire américano-sioniste.

Une défaite si insupportable pour l’entité Israélienne que celle-ci s’en est prise directement aux intérêts russes à Lattaquié et à Homs dans l’espoir probable de faire capoter l’accord et de retarder l’inéluctable triomphe syrien.

Moscou ne s’y est pas trompé, comme l’attestent les propos du porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, cité par l’agence de presse ITAR-TASS, affirmant que « Le crash de l’avion Il-20 n’aura aucun impact sur l’accord trouvé par les dirigeants russe et turc, sur la création d’une zone démilitarisée dans la province syrienne d’ Idlib ».

Quoiqu’il en soit, il est certain que l’action criminelle irréfléchie et hystérique du régime sioniste ne restera pas sans conséquences, tant dans ses relations avec Moscou que dans l’équation régionale.

Une action qui démontre au monde entier qu’Israël ne souhaite pas la paix en Syrie, bien au contraire, et qui prouve à tous les pseudos-experts qui peuplent nos plateaux télés sionisés et qui « oublient » trop souvent de le préciser, que l’entité sioniste est un acteur majeur de ce conflit qu’elle a contribué à provoquer (dans l’ombre), qu’elle nourrit, et qui a fait des centaines de milliers de victimes.

Le Parti Anti Sioniste condamne avec force l’action israélienne qui a entrainé la mort de 15 soldats russes, et présente ses condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’à tout le peuple russe.

Il s’agit d’un acte de trahison sans nom pour ceux qui croyaient naïvement à un « partenariat » russo-israélien, et qui viennent sans doute de comprendre la nature profonde de l’entité sioniste qui n’a ni parole, ni allié.

Un régime criminel qui n’hésite pas à tuer des civils innocents mais qui, lorsqu’il a affaire à plus fort que lui, n’a pas le courage d’exécuter directement ses basses besognes, comme il vient de le prouver en s’arrangeant pour faire abattre l’appareil russe par la DCA syrienne au lieu de s’en charger lui-même.

Une action typique de l’idéologie sioniste, fourbe et lâche, mais également irresponsable, car elle peut avoir des conséquences incalculables et entrainer le monde, à travers les jeux d’alliance, dans une guerre généralisée.

Mais il est certain que la Russie ne tardera pas à réagir concrètement à cet acte criminel, et que cette provocation sioniste, qui espérait retarder la victoire de l’Axe de la résistance en Syrie, ne fera que l’accélérer.

Israël, se sentant puissant et intouchable du fait de la protection de son parrain US, se croit tout permis en jouant avec le feu russe, mettant ainsi le monde en danger.

Il est temps que nos responsables tapent du poing sur la table afin de mettre au pas cette entité criminelle et hystérique, qui n’hésitera pas à tous nous entrainer dans l’abime.

 

Commentaires