Le criminel de guerre Franco-Israélien Elor Azaria déchu de sa nationalité française ?

elor-azariaÀ l’issue d’un procès-fleuve, le tribunal militaire israélien de Jaffa a déclaré coupable d’homicide involontaire Elor Azaria, un soldat franco-israélien, mercredi 4 janvier dernier. Le militaire, âgé de 20 ans, était accusé d’avoir achevé un combattant palestinien blessé, le 24 mars dernier à Hébron, alors que celui-ci gisait au sol.

Il encourt jusqu’à 20 ans de prison, sa peine sera fixée d’ici un mois.

La présidente de la cour, le colonel Maya Heller, a affirmé que le soldat n’avait aucune raison de tirer, alors que le Palestinien ne représentait aucune menace. « Son mobile était qu’il pensait que le terroriste méritait de mourir », a-t-elle affirmée.

Revenons à ce crime qui avait choqué le monde entier. En effet, la vidéo de la scène, qui avait très vite circulée sur les réseaux sociaux, avait déclenché un tollé.

Le 24 mars 2016, deux résistants Palestiniens attaquent au couteau des soldats israéliens à Hébron, en Cisjordanie. Pris pour cibles puis touchés, ils tombent à terre. Mais alors que le premier des assaillants est, semble-t-il, mort sur le coup, l’autre, visiblement hors d’état de nuire, gît encore au sol. C’est alors que le sergent Elor Azaria, Franco-Israélien de 19 ans, charge son arme. Filmé à son insu par un militant pro-palestinien, il achève Abdel Fattah al-Sharif, 21 ans, d’une balle dans la tête.

Il s’agit clairement d’un crime de guerre: Un soldat d’une armée d’occupation achevant un combattant palestinien blessé et à terre…En présence de complices armés et indifférents.

 

La vidéo est à cet égard éloquente, elle nous montre d’abord Al-Sharif blessé et gisant au sol, alors que des dizaines de soldats et de colons se tiennent près de lui en train de bavarder entre eux, ou au téléphone, et de prendre des photos. Plusieurs médecins sont sur les lieux, mais ils ne tiennent aucun compte du blessé palestinien. Après le meurtre, aucun des spectateurs ne semble surpris. Personne ne s’en prend à Azaria ni ne court vers al-Sharif pour voir s’il peut être maintenu en vie. Bien au contraire, les spectateurs continuent simplement de discuter entre eux comme si de rien n’était.

 

L’indifférence de ceux qui se tiennent à quelques mètres de ce crime est ce qu’il y a de plus choquant, elle est révélatrice de l’état d’esprit d’une société israélienne totalement déshumanisée.

 

Au sein de l’entité sioniste, les réactions au verdict du procès ne se sont pas fait attendre, la grande majorité de l’opinion publique prenant fait et cause pour le meurtrier, lors de manifestations ou sur les réseaux sociaux. Un sondage mené par l’institut iPanels, publié après l’annonce de la condamnation, indique que plus de deux tiers des Israéliens sont en faveur d’une grâce pour Azaria.

Il en va de même pour la classe politique ou la plupart des ministres soutiennent l’assassin. Le Premier d’entre eux, lui-même criminel de guerre, Benjamin Netanyahu, s’est déclaré «favorable à ce qu’Elor Azaria bénéficie d’une mesure de grâce».

Côté palestinien, on ne se fait aucune illusion sur la suite, comme l’affirme Fathi Al-Sharif, l’oncle de la victime, qui prévoit « une sentence légère » ou la grâce, vu « les pressions exercées sur le système et la sympathie que le soldat s’est attirée de la part de la société israélienne ».

 

Cette affaire reflète la réalité de la pensée sioniste, et personne n’est dupe du fait que ce procès n’a eu lieu qu’en raison de l’existence de la vidéo du crime, qui a scandalisé l’opinion publique mondiale. Car pour l’armée israélienne, l’erreur d’Elor Azaria n’est pas d’avoir assassiné ce palestinien. C’est de l’avoir fait devant une caméra.

 

« Le problème ne se limite pas à un soldat voyou », a pour sa part estimé Sari Bashi, responsable de l’ONG Human Rights Watch. « Il concerne aussi les dirigeants israéliens qui appellent publiquement les forces de sécurité à tirer pour tuer.»

 

Pour la célèbre journaliste d’ « Heretz », Amira Haas, le soldat franco-israélien Elor Azaria, n’est en rien une exception, « il est la norme ».

 

Quant au député Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie à la Knesset, le soldat est certes « responsable de ses actions mais les vrais responsables sont les gouvernements d’Israël qui ont, depuis cinquante ans, choisi de faire des jeunes hommes et des jeunes femmes des soldats dont le rôle est de maintenir la loi militaire sur une population civile privée de droits ».

Cette armée israélienne, que l’agent sioniste BHL et le député français Meyer Habib définissent comme étant « la plus morale du monde », est en réalité l’instrument d’une domination violente et d’un processus d’épuration ethnique qui durent sans interruption depuis 1948. Une armée au service de la plus longue occupation du monde moderne.

 

Du cote du gouvernement français, pourtant concerné par cette affaire eu égard à la double nationalité du tueur, nous n’avons entendu aucune réaction. Pas question de « déchéance de nationalité » dans ce cas-là, ou de condamnation, ni même de dénonciation clairement affirmée.

 

Classe politique, intellectuels, médias, personne n’a rien à dire. La France des droits de l’homme se mure dans le silence. Un silence complice, car « qui ne dit mot, consent ».

 

Le Parti Anti Sioniste juge scandaleux que notre gouvernement autorise des Français à servir dans une armée d’occupation qui commet des meurtres quotidiennement, et dont les violations des droits humains sont abondamment dénoncées, y compris par les Nations-Unies.

De ce fait la, on encourage des Français comme Elor Azaria, à aller commettre de tels crimes, et notre gouvernement se rend directement responsable de tous leurs actes terroristes, comme de toutes les conséquences qu’ils peuvent avoir en France.

Cette vidéo et ce procès révèlent au grand jour le comportement monstrueux de l’armée israélienne, totalement déshumanisée et sans aucune morale, qui n’est que le reflet de la société israélienne, qui soutien majoritairement ce criminel de guerre.

Comment continuer à rester silencieux face aux crimes de cet état terroriste qui viole toutes les lois internationales ?

Il a légalisé la torture, la prise en otage des familles, les châtiments collectifs, les arrestations et les exécutions extrajudiciaires, les réquisitions de terres, le contrôle de 80 % des ressources arabes en eaux, le bouclage de villes et de villages qui interdisent les déplacements et emprisonnent les Palestiniens.

Que faut-il de plus pour que nos gouvernements démocratiques réagissent ?

 

[signature]Signature du président[/signature]

Commentaires