Amnesty international accuse Israël…

Rapport d’Amnesty international : « Black Friday, carnage à Rafah ».
Rapport d’Amnesty international : « Black Friday, carnage à Rafah ».

Amnesty international accuse Israël…

Des preuves substantielles accusent le régime israélien d’avoir commis des « crimes de guerre » en tuant « au moins 135 civils », en représailles à la prétendue capture d’un de ses soldats lors de la guerre de l’été 2014 dans la bande de Gaza.

L’entité sioniste a lancé une attaque disproportionnée contre Gaza. Les preuves figurent dans un rapport réalisé conjointement par l’ONG Amnesty International basée à Londres et par l’équipe de recherche Forensic Architecture basée à l’Université de Londres Goldsmiths, et a été publié le 29 juillet 2015. « Le caractère systématique et apparemment délibéré des attaques aériennes et terrestres sur Rafah, qui ont tué au moins 135 civils, pourraient également constituer un crime contre l’humanité », peut-on y lire dans le document.

Le rapport « Black Friday [Vendredi Noir], carnage à Rafah » se base sur « des images satellitaires, des témoignages oculaires et sur des centaines de photos et de vidéos », qui retracent le cours des attaques de zones résidentielles de Rafah, entre le 1er et le 4 août. Selon Philip Luther, directeur du Programme Afrique du Nord-est et d’Amnesty International, « les forces israéliennes ont commis des crimes de guerre lors de bombardements acharnés et intensifs sur des zones résidentielles de Rafah, en réponse à la capture du lieutenant israélien Hadar Goldin, affichant un mépris choquant vis-à-vis de la vie des civils ».

Le rapport demande l’ouverture d’une enquête en raison « des preuves irréfutables de violations graves du droit humanitaire international commises par les forces israéliennes à Gaza ».

Début juillet 2015, le Conseil des Droits de l’homme des Nations unies a adopté une résolution appelant les responsables de crimes de guerre, pendant l’agression militaire sioniste, à être traduits en justice.

Les autorités israéliennes ont dénoncé le rapport, accusant Amnesty international « d’obsession compulsive dès qu’il s’agit d’Israël », tandis que le Premier ministre Benjamin Netanyahou, furieux, a rejeté la décision « scandaleuse », dit-il, de la Cour pénale internationale (CPI) de lancer une enquête préliminaire pour crimes de guerre contre les Palestiniens !

L’entité sioniste a été, jusqu’à présent, au-dessus du droit international. Son armée, l’une des mieux entraînées et des mieux équipées au monde, elle est l’une des meilleures organisations terroristes au monde, dont l’unique but est le terrorisme.

En dépit de ses violations répétées du droit international et de ses crimes de guerre, Israël n’a jamais été condamné par un Tribunal international ou soumis à des sanctions économiques parce que Washington utilise systématiquement son veto au Conseil de sécurité de l’ONU et la pression sur ses alliés de l’OTAN et de l’Union européenne. Les tribunaux prétendument internationaux sont dominés par le sionisme mondial. Espérons que, cette fois, la procédure lancée par Amnesty international aboutisse et condamne l’entité sioniste pour sa pratique de l’Apartheid et ses crimes de guerre contre une population civile .

Commentaires