Qu’est-ce que la surveillance de masse ?

Il y a 1 an, le 28 octobre 2016,  un décret a autorisé la création du fichier T.E.S         « Titres électroniques sécurisés » .

Celui-ci contient les données biométriques et personnelles de tous les détenteurs d’une carte d’identité ou d’un passeport. Ce fichier réunit ainsi dans une seule base, les données de la quasi-totalité des 60 millions de Français.

 

Dans son cœur, évidemment, apparaît l’état civil, mais aussi la couleur des yeux, la taille, l’adresse, la filiation des parents, l’image numérisée du visage et en principe des empreintes digitales de tous les Français…

Pour le gouvernement, il s’agit de lutter contre la fraude aux faux documents et de procéder à une simplification administrative.

 

Mais l’ex-secrétaire d’État au Numérique, Madame Axelle Lemaire, a déploré ne pas avoir été informée de cette décision :

 

« Ce décret a été pris en douce par le ministère de l’Intérieur, en pensant que ça passerait ni vu ni connu. C’est un dysfonctionnement majeur ».

 

Le 30 mars 2017, le fichier T.E.S est déployé sur l’ensemble du territoire

 

Le gouvernement nous garantit que le stockage de nos données n’a pas pour objectif la surveillance ou le contrôle des populations, ni la vente de nos données personnelles.

 

 

Pourtant, en décembre 2016,  un contrat a été signé entre la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) et la société américaine Palantir. Cette start-up est financée par un fonds d’investissement de la CIA. Elle va fournir au renseignement intérieur français la technologie nécessaire pour « extraire, recouper et décrypter les précieuses données informatiques permettant d’identifier et de remonter les réseaux terroristes ».

 

 

Des algorithmes qui pourront ainsi permettre une surveillance de masse, notamment sur les réseaux sociaux.

Ce recueil de données, délégué à une société étrangère, suscite de sérieuses interrogations :

 

Qui pourra assurer que ces données ne seront pas transmises à la CIA, puisqu’elle est l’un des principaux actionnaires de la société Palantir ?

 

 

 Le Parti Anti Sioniste s’insurge contre de tels accords qui ont pu voir le jour sans que le peuple français n’ait été consulté alors qu’il est le premier concerné par un tel fichier.

 

Cela constitue clairement une manœuvre anti-démocratique. Il paraît évident que ces données confidentielles seront transmises à des gouvernements étrangers (USA et Israël entre autres..), dont le souci premier est loin d’être l’intérêt des Français. Désormais, les citoyens auront leur vie privée numérisée pouvant être piratées ou transmises à des fins commerciales ou politiques.

 

 

 

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=20338
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste
08 novembre, 2017 Actualités, Infos antisionistes, Multimédia, Vidéos
2017-11-08T17:11:21+00:00

Commentaires Facebook