L’infiltration du sionisme au sein de nos religions

Lors d’une brève allocution, depuis la Maison-Blanche, Donald Trump avait déclaré qu’il était temps de reconnaître, officiellement, Jérusalem comme capitale de l’État sioniste.

Rappelons que lors de sa campagne électorale, ce dernier avait déjà promis de déplacer l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem…

Une promesse qui n’avait certainement pour autre but que celui de rallier le vote des sionistes chrétiens.

En effet, il est plus qu’évident que l’impact apocalyptique de ces hérétiques du christianisme sur les décisions de l’oncle Sam est loin d’être négligeable.

L’organisation sioniste « Christians United for Israël » dirigée par le pasteur John Hagee regrouperait, par exemple pas moins de 3 millions de membres, très actifs en son sein. Cela fait d’ailleurs plus du 4 siècles que le rapatriement des Juifs en terre sainte a commencé à être professé dans certains milieux protestants calvinistes millénaristes.

En octobre dernier, plus de 6 000 évangélistes sionistes issus d’une centaine de pays débarquèrent à Jérusalem pour la 38ème fête annuelle des tabernacles organisée par le mouvement sioniste chrétien de l’ICEJ.

Ces derniers dont les bureaux sont présents dans plus de 80 nations représenteraient l’un des plus grands mouvements d’évangélistes sionistes dont l’œuvre et la mission sont de soutenir l’entité sioniste depuis plus de 30 ans.

Cette déclaration de la Maison Blanche, qui continue de provoquer les polémiques, a ouvert la voie à des revendications de musulmans sionistes.

Cet islam sioniste qui agit officieusement en faveur de cette idéologie sur différents plans serait-il en train de s’affirmer de manière officielle? 



Que ce soit au niveau des dégâts géopolitiques ou nationaux du wahhabisme, de l’accentuation des divisions intra-religieuses par le biais du chiisme britannique, de la création d’un islam laïcisé de France, ou bien même des revendications faussées (deux Etats) de certains activistes musulmans pro-palestiniens d’extrême gauche, les masques sont peut-être sur le point de tomber.

Ce serait donc en tant qu’avant-gardiste que le grand mufti de Rome, le Cheikh Palazzi et ses adeptes propagent un islam ouvertement sioniste, depuis plus d’une décennie.

« Je suis un musulman sioniste; j’ai compris que je soutenais le sionisme comme la paix, l’acceptation de l’autre, et le dialogue ! », avait récemment déclaré le salafiste britannique, Nur Dahari, dans une vidéo qui continue à faire des émules.

Le sionisme est avant tout une idéologie eschatologique et messianique qui vise l’assujettissement de nos nations et, la destruction de nos identités traditionnelles à des fins de résurrection d’un grand Israël.

Le sionisme juif quant à lui, qui ne représente rien de moins que la volonté d’outrepasser la promesse Divine et, en accélérant soi-même les événements, se voit donc en totale contradiction avec le Talmud et la sainte Torah.

Les prémices de cette pensée avaient déjà commencé à infiltrer de faibles minorités juives avant le XVI ème siècle via des personnalités tels que David Reuveni de Khaybar, Solomon Molcho, et bien d’autres.

Et même après la déclaration de Balfour, qui fut assimilée à l’idole de Baal Péor par le rabbin de Munkatsh, Rav Chaim Elazar Spira, beaucoup de religieux juifs continuèrent et continuent de s’opposer à cette souillure à laquelle le judaïsme ne cesse d’être amalgamé.

«Le sionisme est un attentat contre l’identité juive»; « Seul le messie pourra selon les modalités divines exposées par les prophètes, mettre fin à l’exil et la dispersion»; « En période d’exil et de dispersion, les Juifs n’ont aucun intérêt à dominer la terre sainte et non plus les autres parties du monde»; « Notre vocation Divine est d’être un peuple saint et une nation de prêtres, une population pilote exemplaire au service du Tout-Puissant et de l’humanité»; avait déclaré le représentant du cercle d’études rabbiniques Yechouroun-Judaïsme contre sionisme, Shmiel Mordche Borreman.


Le Parti Anti Sioniste dénonce l’infiltration du poison sioniste au niveau de nos trois grandes religions.
Au même titre qu’il semble donc exister un point de ralliement sioniste du côté des Chrétiens, Musulmans, et Juifs corrompus, nous continuons d’inviter à l’unité les religieux intègres de ces mêmes religions contre le sionisme et toutes les injustices qu’il provoque aux quatre coins du monde.
Et, à l’instar des dignitaires chrétiens de Jérusalem, nous appelons également le monde à reconnaître un État multiconfessionnel en Palestine. 

 

 

 

 

Commentaires