Un contre « printemps iranien » !

PAS l’Info décrypte l’actualité ! Un contre « printemps iranien » !

Alors que des manifestations à caractère social secouent actuellement l’Iran, les médias occidentaux se prennent à rêver d’un « printemps » persan, qui viendrait à bout de la République Islamique d’Iran.

Une presse occidentale qui exagère volontairement l’ampleur de ces protestations, et oublie de préciser que les conditions économiques difficiles qui touchent les Iraniens sont largement les conséquences des sanctions mises en place par Washington et ses alliés occidentaux pour châtier le choix d’indépendance de Téhéran.

Rappelons que l’Iran n’a pu exporter son pétrole avec le maximum de sa capacité qu’après la signature de l’accord nucléaire avec les 5+1.

La machine médiatique sioniste omet également d’expliquer que dans la plupart des pays arabo-musulmans avec lesquels la France est alliée, tels que l’Arabie Saoudite, le Qatar ou Bahreïn, les manifestations sont interdites et durement réprimées par les pouvoirs en place.

Ainsi, l’année 2018 commence avec des manifestations banales en Iran, contre la cherté de la vie, et des conditions sociales difficiles, comme cela se passe dans n’importe quel autre pays où les peuples peuvent exprimer leur mécontentement en descendant dans la rue.

Exception faite que dans ces pays ne se trouvent pas des agents cachés dans la foule ayant pour but de faire dégénérer ces manifestations.

Des agents qui n’hésitent pas à tirer sur les forces de l’ordre, obligeant ces derniers à répliquer, ce qui donne une toute autre tournure à ces marches de protestation, qui peuvent très vite dégénérer dans une spirale de guerre civile.

Le processus est désormais éprouvé comme on a pu le voir en Syrie en 2011, ou en Ukraine en 2014. Deux pseudo-révolutions dont on sait maintenant, preuves à l’appui, qu’elles étaient largement orchestrées par des officines américano-sionistes.

En Iran même, une tentative avait eu lieu en 2009, de créer une « révolution verte » (slogan tout droit sorti des agences de communication de la CIA).

Une expérience qui avait finalement échoué, se brisant face à la vigilance des forces contre-révolutionnaires des Pasdarans, ainsi que de la majorité du peuple iranien qui avait exprimé le 30 décembre 2009 son refus de se laisser entraîner dans une guerre civile.

Ce jour-là, obéissant à la consigne du Guide Suprême, Seyyed Ali Khamenei, des millions d’Iraniens étaient descendus dans les rues du pays, pour s’opposer aux pseudo-révolutionnaires de la jeunesse occidentalisée de Téhéran, sponsorisés par Washington.

Des manifestations gigantesques dont les médias occidentaux s’étaient fait à peine l’écho, et qui avaient clôturé le chapitre de cette tentative de déstabilisation.

Aujourd’hui, nous assistons à une nouvelle tentative de ce genre, avec les mêmes méthodes. Une propagande qui ne nous joue qu’une seule partition, grossière, du méchant régime autocratique sanguinaire face aux gentils manifestants réprimés sans pitié, faisant passer des manifestations dont les revendications sont purement économiques, pour une rébellion contre le pouvoir.

Une contrevérité évidente, mais pas étonnante, sachant que la plupart de nos journalistes sont désormais devenus que de vulgaires petits propagandistes.

Facebook/PASLINFO

paslinfo.blogspot.fr

Commentaires