› Turquie / Syrie : Lourde erreur stratégique pour Erdogan !
29
Oct

Turquie / Syrie : Lourde erreur stratégique pour Erdogan !

Imprimer
Lundi, 29 Octobre 2012 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

La Turquie face à la Syrie : des erreurs de calcul !La Turquie face à la Syrie : des erreurs de calcul !Turquie / Syrie : Lourde erreur stratégique pour Erdogan !

La presse turque foisonne, ces dernières semaines, d’articles, de rapports et d’enquêtes qui constituent autant d’indices sur le coût politique, économique et sécuritaire exorbitant que supporte le pays à cause de l’ingérence du gouvernement de Recep Tayyeb Erdogan en Syrie.

Selon un sondage publié par le quotidien turc Hürriyet,  la majorité des Turcs rejettent toute ingérence dans les affaires syriennes, en dépit de l'escalade des tensions dans les relations entre les deux gouvernements.

Simon Tisdall, expert des questions internationales, qui écrit dans le quotidien britannique The Guardian, estime que le traitement réservé par Erdogan à la question syrienne « aura été de loin la plus grande erreur politique du Premier Ministre turc » ! A vrai dire, « Erdogan a sous- estimé la puissance d'Assad et il s'est engagé dans une aventure qui est loin de profiter à lui ou à la Turquie ».

Chacun a conscience que, sans préjuger des aspects purement militaires, un tel conflit aurait des conséquences, à court et à moyen termes, considérables pour la Turquie où les forces qui pourraient se mobiliser contre le pouvoir actuel sont considérables, entre les arabes alaouites du Hatay et les alévis qui représentent à eux seuls près de 20% de la population sans parler, bien-sûr, des Kurdes.

Le dossier kurde constitue le danger le plus grave auquel est confronté le gouvernement Erdogan. La frontière syro-turque s’étire sur 800 kilomètres, dont 600 kilomètres ont une forte population kurde des deux cotés de la frontière. Ce qui signifie que les comités populaires armés kurdes en Syrie sont désormais présents face aux positions de l’armée turque, tandis que les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont très actifs de l’autre côté de la frontière et toutes les tentatives visant à entrainer les Kurdes de Syrie dans la rébellion armée ont échoué.

Selon un proverbe arabe, « celui qui prépare le poison est le premier à l’avaler ». C’est ce qui arrive à Erdogan, qui se trouve empêtré dans ses problèmes domestiques insolubles, pour avoir comploté contre la Syrie.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1251
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte