› Téhéran : 16ème sommet du Mouvement des pays non alignés (MNA)
30
AOÛ

Téhéran : 16ème sommet du Mouvement des pays non alignés (MNA)

Imprimer
Jeudi, 30 Août 2012 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

16ème sommet du Mouvement des Pays Non Alignés à Téhéran (30 et 31 août) : 120 pays y participent.16ème sommet du Mouvement des Pays Non Alignés à Téhéran (30 et 31 août) : 120 pays y participent.Téhéran : 16ème sommet du Mouvement des pays non alignés (MNA)

Le 16ème sommet du Mouvement des Pays Non Alignés se tiendra à Téhéran les jeudi 30 et vendredi 31 août. Les dirigeants de 120 pays non-alignés, dont une trentaine de chefs d’Etat ou de gouvernement et 70 ministres des Affaires étrangères examineront le projet de document final de ce sommet.

Sous la houlette iranienne qui prendra la présidence du Mouvement pour trois ans, un document de 200 pages a été soumis aux ministres. Il condamne les sanctions, les menaces, les pressions et les actions militaires « unilatérales » que les pays Occidentaux et leurs alliés font subir à plusieurs pays du Mouvement et réclame une « démocratisation » du Conseil de sécurité de l'ONU afin de réduire l'influence des grandes puissances, notamment celle des Etats-Unis, qui utilisent cet organe pour protéger leurs intérêts politiques. Le système de prise de décision au sein Conseil de Sécurité est, pour le moins, obsolète et inéquitable : seules cinq grandes puissances mondiales peuvent opposer leur veto (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne), alors que la plupart des membres des Nations Unies sont des pays émergents de la zone Sud.

Par ailleurs, le document réaffirme le soutien des non-alignés à la création d'un Etat palestinien dans les frontières internationales de 1967 afin de parvenir à une « paix juste » au Proche-Orient et la condamnation de l'occupation israélienne des territoires palestiniens. Lors du discours de la cérémonie d’ouverture des travaux préparatoires du sommet, le ministre iranien des Affaires Etrangères, Ali Akbar Salehi, a déclaré : « Il n’y aura pas de paix avant de mettre fin aux tueries et aux expulsions du peuple palestinien par l’occupation israélienne ».

Le sommet réaffirmera le droit de tout pays à l'énergie nucléaire pacifique et appellera à nouveau au désarmement nucléaire et à la création de zones dénucléarisées, notamment au Moyen-Orient où l’entité sioniste, seule puissance nucléaire de la région, refuse de signer le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

Malgré les critiques formulées par les Etats-Unis et l’entité sioniste, Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU participera au sommet du Mouvement des non alignés. Mohamed Morsi, président récemment nommé à la tête de l’Egypte, sera également présent. Bien que de courte durée, sa visite est avant tout symbolique. Selon le directeur du Conseil égyptien des Affaires étrangères M. Shalby, elle devrait « normaliser les relations entre l'Egypte et l'Iran », gelées depuis1980, suite à la signature des accords de paix israélo-égyptiens par le président Anouar al-Sadate.

C’est le conflit syrien qui a permis un rapprochement des deux pays lorsque Mohamed Morsi a proposé la mise en place d’un Comité régional quadripartite regroupant l'Egypte, l'Iran, l'Arabie saoudite et la Turquie, pour trouver une solution à la crise syrienne. Selon Yasser Ali, porte-parole du président égyptien : « si ce groupe réussit, l'Iran fera partie de la solution et non du problème » ! Lors du sommet, l’Iran entend s’opposer aux ingérences extérieures et à l’exploitation des contestations populaires dans le monde arabe, comme c’est le cas actuellement en Syrie.

Avant même son démarrage officiel, le 16è sommet a montré l’échec de la politique des puissances impérialistes (USraël et ses alliés), qui tend à vouloir isoler la République islamique d’Iran sur la scène internationale. En dépit des sanctions subies et de sa diabolisation, l’Iran rayonne dans le monde. Nous espérons que ce sommet soit le début d’une alternative à la politique américano-sioniste arrogante, dominatrice, manipulatrice et sanguinaire.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1197
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte