› Syrie : Vers un règlement pacifique du conflit ?
16
Jan

Syrie : Vers un règlement pacifique du conflit ?

Imprimer
Mercredi, 16 Janvier 2013 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Rencontre à Genève le 11/1, de William Burns (USA), Lakhdar Brahimi et de Mikhaïl Bogdanov (Russie).Rencontre à Genève le 11/1, de William Burns (USA), Lakhdar Brahimi et de Mikhaïl Bogdanov (Russie).Syrie : Vers un règlement pacifique du conflit ?

Le représentant du président russe, Mikhaïl Bogdanov, le sous-secrétaire d'Etat américain, William Burns et l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, se sont rencontrés à Genève vendredi 11 janvier. Les parties américaine et russe ont toutes deux privilégiées un règlement pacifique du conflit en Syrie même si elles divergent sur certains points et notamment le départ du président syrien Bachar al-Assad de la scène politique demandé par les Etats-Unis mais auquel s’oppose la Russie.

Le 15 janvier à Damas, c’était au tour du conseiller du président syrien, Bouthaina Shaaaban de rencontrer les membres du Parlement européen et la Coalition syrienne pour le changement pacifique dans le but de mettre en place un plan de sortie de la crise.

Pourquoi les instigateurs de la crise syrienne s’affairent-ils aujourd’hui à sortir de l’impasse dans laquelle ils se sont mis ?

Il ressort que l’armée et la résistance syriennes ont eu raison de ceux qui voulaient mettre à genou la Syrie, Bachar al-Assad et son gouvernement. La cote de popularité du président syrien est plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a 22 mois, au début des affrontements !

Les monarchies du Golfe qui financent les mercenaires et les opposants au régime réalisent qu’elles risquent de subir l’effet boomerang de leur soutien financier et militaire en Syrie ; en effet, des révoltes populaires se trament chez elles.

Quant aux Etats-Unis et autres pays occidentaux, ils se sont enlisés dans une guerre qui leur coûte cher des points de vue militaire et humain. Par ailleurs, même si Obama vient d’être réélu à la présidence, le peuple américain ne comprend pas pourquoi le pays est engagé sur de nombreux fronts.

Y-a-t-il une réelle volonté de la part des pays occidentaux de passer à un règlement pacifique de la crise syrienne ? Ou alors, se dirige t’on vers un autre type de guerre, comme l’interventionnisme discret ?

Nous devons rester prudent avant de répondre. Les Occidentaux et leurs alliés israéliens intervenaient jusqu’à présent en Syrie, par l’intermédiaire de pions arabes financés par les monarchies pétrolières. Mais il semble qu’avec la nomination du sénateur Chuck Hagel (vétéran opposé aux guerres du Vietnam et d’Iraq) au poste de secrétaire américain à la Défense et le vote de la réduction du budget américain de guerre, Obama s’oriente vers des guerres non ouvertes et donc moins coûteuses -résoudre les problèmes en utilisant par exemple, les méthodes des services secrets-…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1349
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte