› Syrie : L’acharnement russe paie !
13
Sep

Syrie : L’acharnement russe paie !

Imprimer
Vendredi, 13 Septembre 2013 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Le président russe Vladimir Poutine, et son homologue américain Barack Obama.Le président russe Vladimir Poutine, et son homologue américain Barack Obama.Syrie : L’acharnement russe paie !

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde son homologue américain, Barack Obama contre un éventuel usage de la force en Syrie, peu avant le début du sommet américano-russe à Genève.

Dans l’édition du 12/09/2013 du New York Times, le président russe affirme qu’ « il y a toutes les raisons de croire que le gaz toxique a été utilisé non pas par l'armée syrienne, mais par les forces d'opposition, pour provoquer une intervention de leurs puissants soutiens étrangers, qui se seraient mis du même côté que les fondamentalistes ».

Il a ensuite prévenu qu'un éventuel recours à la force en dehors du cadre du Conseil de sécurité de l'ONU serait « inacceptable » et « constituerait un acte d'agression », ajoutant que « personne ne voulait que l'Onu connaisse le sort de la Société des Nations qui s'est désintégrée en raison de l'absence de leviers réels pour influencer la situation internationale. Pourtant, une telle issue est possible si des pays influents continuent de recourir à la force sans autorisation du Conseil de sécurité de l'Onu ».

Lors du sommet qui se déroule les 12 et 13 septembre 2013 à Genève, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères et son homologue américain, John Kerry discuteront des modalités de mise sous contrôle international des armes chimiques syriennes. Le ministre russe « est sûr qu'il existe une chance pour la paix en Syrie, qu’il ne faut pas laisser filer » !

Ainsi, à travers Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov, la Russie s’impose sur la scène internationale pour piloter le dossier syrien tandis qu’aux Etats-Unis, ce sont les lobbies pro-israéliens qui, en dépit de leurs pressions, échouent : Le président américain a demandé au Congrès de retarder le vote prévu pour une attaque contre la Syrie…

Le Parti Anti Sioniste oeuvre pour que la rhétorique de la guerre contre la Syrie perde définitivement du terrain, afin de laisser place au règlement politique et pacifique du conflit syrien.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1679
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte