› Communications du PAS
15
AVR
Présidentielle : Pourquoi l’abstention ? [Communiqué du Parti Anti Sioniste] Imprimer
Dimanche, 15 Avril 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

« Vous n’avez que l’illusion du choix… »« Vous n’avez que l’illusion du choix… »Présidentielle : Pourquoi l’abstention ?

Communiqué du Parti Anti Sioniste.

Citoyens, ne soyez pas complices de ce qui se joue en coulisse…

Vous n’avez que l’illusion du choix, quel que soit le candidat pour lequel vous voterez, il a vendu son âme.

Citoyens, quel que soit le résultat, le désespoir règnera. Le mal et les valets du sionisme continueront leur œuvre.

Le chaos est voulu, il est organisé. Nous allons vers des ingérences planifiées, des conflits orientés, une économie en sursis, une nation divisée et des populations stigmatisées.

L’éducation a échoué, la famille est divisée et la laïcité détournée.

Citoyens, s’abstenir de voter lors de l’élection présidentielle est un acte révolutionnaire pour une nouvelle République respectueuse des valeurs que sont la justice, le progrès, la solidarité et la Paix.

Partagez ce message autour de vous, profitez de votre famille et préparez-les à leur avenir…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1098
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
12
AVR
L’USraël prépare un CNT en Algérie ! Imprimer
Jeudi, 12 Avril 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Yahia Gouasmi, Président du Parti Anti Sioniste.Yahia Gouasmi, Président du Parti Anti Sioniste.L’USraël prépare un CNT en Algérie !

Dans notre article publié au mois de février dernier et intitulé « Ingérence de la CIA dans les affaires internes de l’Algérie ! », nous vous informions que lors du Congrès international d’urgence organisé par le Parti des travailleurs algériens en décembre 2011, en collaboration avec l’Union générale des travailleurs algériens, le dirigeant syndicaliste américain Alain Benjamin avait révélé que Washington préparait un Conseil National de Transition (CNT) en Algérie avec la complicité d’Algériens dont l’identité n’était pas révélée.

Louisa Hanoune, chef du Parti des travailleurs, avait alors condamné ce « complot américain ». L’information, qui n’a pas été démentie par les responsables américains, suscite de nombreuses interrogations en Algérie.  La chef du Parti des travailleurs a fait allusion à une rencontre en Algérie entre Abdallah Djaballah, président du Front pour la justice et le développement (FJD), Parti non encore agréé, et les ambassadeurs de France et des Etats-Unis…

Selon des syndicalistes américains ayant pris part à ce congrès, des personnalités algériennes ont, en effet, été contactées par les Américains en vue de diriger un « Conseil National de Transition ». Ils ajoutent qu’un site appartenant à l’administration américaine aurait récemment publié des informations selon lesquelles les Etats-Unis s’apprêteraient à « mettre en place un Conseil National de Transition en Algérie en cas de révolte populaire contre le gouvernement en place » !

Les renseignements généraux algériens ont enquêté sur les véritables auteurs de l’appel anonyme à manifester en septembre dernier (« La Révolution du 17 septembre »),  relayé notamment par Bernard-Henri Levy, et sur leurs motivations. Suite à cette enquête, le ministre algérien de l’Intérieur a accusé des « parties étrangères » en relation avec l’entité sioniste de chercher à provoquer des troubles dans le pays.

Le Parti Anti Sioniste appelle le peuple algérien à la vigilance, et surtout à se méfier de toutes les promesses « démocratiques » des Obama et compagnie, tous aux ordres du sionisme et de ses lobbies ! Le projet pour l’Algérie n’est ni plus ni moins qu’un projet colonial. Les immenses richesses enfouies au Sahara sont convoitées, et toutes les manœuvres de déstabilisation sont possibles pour se les approprier…

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
 

Yahia Gouasmi  -  Président du Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1095
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
12
AVR
Syrie : Kofi Annan met en garde contre un armement de l’opposition Imprimer
Jeudi, 12 Avril 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Visite en Iran de Kofi Annan, émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie.Visite en Iran de Kofi Annan, émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie.Syrie : Kofi Annan met en garde contre un armement de l’opposition

L'émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan est arrivé mardi 10 avril en Iran pour évoquer le règlement de la crise syrienne. Il a mis en garde contre un armement de l'opposition syrienne. « Toute militarisation de la question syrienne serait désastreuse ». M. Annan fait ainsi allusion à la proposition des soi-disant « Amis de la Syrie » (dont la France, la Grande-Bretagne, le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis font partie), réunis à Istanbul le 1er avril 2012, d’armer les rebelles.

Le régime syrien a donné « des clarifications supplémentaires » sur ce qu'il attend de l'opposition, précise Kofi Annan : « des assurances sur le fait que les forces de l'opposition arrêteront les combats pour permettre une cessation de toutes les violences ». L'émissaire spécial ajoute : « Nous avons obtenu des réponses positives de leur part et nous sommes en contact avec les gouvernements ayant une influence pour assurer que toutes les parties respectent le cessez-le-feu. Si tout le monde respecte le plan d'arrêt des combats, je pense qu'à partir de 6 heures jeudi 12 avril, nous devrions voir une nette amélioration de la situation sur le terrain ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, M. Salehi, rappelle que « l'Iran est hostile aux ingérences étrangères dans les affaires de tout pays, insistant sur le droit du peuple syrien d’obtenir satisfaction à toutes ses revendications, notamment la liberté des partis politiques et la tenue d’élections libres ». Il a ajouté qu’il fallait accorder du temps au gouvernement syrien pour la mise en place des réformes votées au mois de mars.

Son homologue syrien Walid Mouallem, en visite en Russie mardi 10 avril, avait informé Moscou que les autorités syriennes avaient commencé à appliquer le plan de paix élaboré par Kofi Annan. Cependant, comme son homologue russe Sergueï Lavrov, le ministre syrien des Affaires étrangères attend de la part de l’émissaire qu’il lui présente des garanties écrites des gouvernements qatari, saoudien et turc. Ceux-ci doivent s’engager à stopper tout financement des groupes terroristes. « La Syrie ne va pas répéter ce qui s'était passé lors de la présence des observateurs arabes, quand les forces armées étaient sorties des villes. Ceci avait permis aux groupes terroristes armés de se réorganiser et de se réarmer pour contrôler des quartiers entiers, commettant tous les actes terroristes possibles, tuant et kidnappant les gens et détruisant les propriétés publiques et privées » a fait remarquer M. Mouallem.

La Syrie n’a jamais été aussi proche de la sortie de crise. Le Parti Anti Sioniste encourage les différentes composantes du pays à s’unir et à participer à l’application des réformes.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1094
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
05
AVR
Syrie : « Si le plan de paix réussit, Israël subira une défaite stratégique ! » (Ex-chef du Mossad) Imprimer
Jeudi, 05 Avril 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Efraim Halevy, ancien chef du Mossad (services secrets israéliens).Efraim Halevy, ancien chef du Mossad (services secrets israéliens).Syrie : « Si le plan de paix réussit, Israël subira une défaite stratégique ! » (Ex-chef du Mossad)

Dimanche 1er avril 2012, avait lieu à Istanbul la 2ème conférence des soi-disant « Amis de la Syrie ». De nombreux Syriens, voyant à travers ce groupe des ennemis plutôt que des amis, s’étaient rassemblés à Istanbul.

Suite à cette conférence, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a déclaré mercredi 4 avril : « Si parallèlement au soutien du plan de Kofi Annan, les « Amis de la Syrie » organisent à Istanbul des réunions dans le but de persuader l'opposition syrienne de renoncer aux négociations, cela entravera les efforts déployés pour mettre un terme aux violences qui se poursuivent dans le pays ». Il a ajouté : « Il est clair comme de l'eau de roche que, même si on armait l'opposition jusqu'aux dents, elle ne battrait pas l'armée syrienne, et on aurait alors juste un carnage pendant de longues années, une destruction mutuelle ». Tandis que son vice-ministre Mikhaïl Bogdanov précisait : « le peuple syrien ne considère pas le groupe appelé "Amis de la Syrie" comme étant ses amis, et ne le voit pas d'un bon œil ».

Le plan de règlement de la crise syrienne proposé par Kofi Annan a été adopté par le Conseil de sécurité, et selon les autorités syriennes il sera mis en application à compter du 10 avril. Il est composé de six points, dont la cessation des combats. D’après Efraim Halevy, ancien chef du Mossad, l’entité sioniste subira sa plus grande défaite stratégique en cas de succès de ce plan qui, au grand dam d’Israël, n’envisage pas la chute du Président Bachar al-Assad…

Dans un article publié lundi 2 avril dans le Yediot Aharonot, l’ancien chef du Mossad a en effet estimé que « si la mission de Kofi Annan réussit, si la paix se rétablit en Syrie, si le monde accepte la survie du régime d’Assad dans le berceau Téhéran et si la Turquie, la Russie, la Chine, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne acceptent d’appliquer le plan d’Annan, nous connaitrons alors la défaite stratégique la plus cuisante depuis la création d’Israël ». Il a ajouté : « Si tout cela s’applique sans qu’Annan prenne en considération les intérêts d’Israël, la défaite sera accrue. Le gouvernement israélien doit faire face à ce défi politico-sécuritaire, mais il est jusqu'à présent silencieux ».

Toujours selon Efraim Halevy, « le plan d’Annan a fait d’Assad un partenaire principal dans la résolution de la crise syrienne, après qu’il ait été la source du problème ». Cependant, « l’Iran est devenu l’allié stratégique des puissances mondiales dans les efforts visant à trouver une issue à la crise syrienne. Un des objectifs de l’Iran commence à se réaliser avant même le début des négociations nucléaires, à savoir devenir une puissance régionale au Moyen-Orient » a-t-il poursuivi.

L'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, est attendu le 10 avril à Téhéran pour discuter de la crise syrienne, tandis que le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem rencontrera le même jour à Moscou son homologue russe, Sergueï Lavrov.

La volonté des soi-disant « Amis de la Syrie » (dont la France, la Grande-Bretagne, le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis sont les principaux acteurs) d’armer l’opposition syrienne alors que le plan de paix proposé par Kofi Annan a été adopté par le Conseil de sécurité ­– dont certains membres sont aussi « amis de la Syrie » ! – montre, une fois de plus, le double langage de l’Occident. D’un côté on appelle toutes les parties syriennes au dialogue politique et à l’arrêt des combats, et de l’autre on arme des opposants ! A quoi joue-t-on ?

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1088
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
30
Mar
« L’opposition syrienne a transgressé les droits de l’homme » (Ambassadeur des États-Unis à Damas) Imprimer
Vendredi, 30 Mars 2012 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Robert Ford, ambassadeur des États-Unis en Syrie.Robert Ford, ambassadeur des États-Unis en Syrie.« L’opposition syrienne a transgressé les droits de l’homme » (Ambassadeur des États-Unis à Damas)

L’ambassadeur des États-Unis à Damas, Robert Ford, a annoncé mardi 27 mars 2012 détenir des rapports confirmant que des groupes armés de l’opposition syrienne étaient responsables de transgressions des droits de l’homme.

Lors d’une séance au Congrès américain, Ford a rapporté de l’organisation Humans Rights Watch des rapports sur des violations dangereuses de droits de l’homme commises en Syrie par les groupes de l’opposition, soulignant que parmi ces violations figurent des enlèvements, des détentions et des tortures contre des membres des forces de l’ordre et des partisans du régime d’Assad.

« Nous avions des rapports similaires l’an dernier, lorsque les combats à Homs sont devenus très dangereux » a dit Ford, précisant avoir débattu de cette question avec les représentants des groupes armés, et les avoir mis en garde qu’ils seraient punis selon les normes occidentales s’ils voulaient recevoir le soutien de l’Occident. Selon le diplomate, cette affaire aurait été évoquée avec le soi-disant « Conseil National Syrien ».

En dépit de cette transgression des droits de l’homme, mercredi 28 mars 2012, le sénateur républicain John McCain (l'un des élus américains les plus engagés sur le dossier syrien en faveur de l'opposition) et quatre autres sénateurs (Jon Kyl, Lindsey Graham, John Hoeven, et l'indépendant Joe Lieberman) ont déposé devant le Sénat américain une résolution symbolique invitant la Maison Blanche à fournir des armes et autres matériels à l’opposition syrienne !

La veille, Damas avait accepté le plan de paix proposé par Kofi Annan pour mettre fin aux troubles en Syrie. Mais les sénateurs américains reprochent à ce plan en six points – proposé par l’émissaire des Nations Unies et celui de la Ligue arabe – de ne pas appeler à la démission du Président syrien Bachar al-Assad… Le plan de paix comprend le cessez-le-feu, un accès pour les associations d’aide humanitaire, et l’instauration d’un dialogue politique entre Damas et l'opposition.

Nous remarquons qu’une agression contre la Syrie est toujours à l’ordre du jour de l’USraël. Elle s’inscrit dans le plan de remodelage du Moyen-Orient voulu par le sionisme. Dans le contexte actuel, cette agression serait présentée comme une « aide » aux « forces démocratiques », alors qu’il s’agit d’une volonté manifeste de l’USraël de déstabiliser ce pays. Le sénateur McCain a répété qu'il restait favorable à des frappes aériennes alliées en Syrie afin de protéger l'opposition ! Bien entendu, afin d'obtenir un maximum de soutiens de la droite américaine, sa proposition ne figure pas dans la résolution.

La Syrie est un État souverain. Son peuple et l’intelligence politique de son gouvernement lui ont permis d’éviter le pire pour le moment. Le Parti Anti Sioniste encourage le peuple syrien à rester seul maître de son destin, et à se méfier des manipulations des médias sionisés et de l’ingérence étrangère dans ses affaires internes.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1081
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
«DébutPrécédent71727374757677787980SuivantFin»