› Marine Le Pen : Et si le chemin vers Tel-Aviv passait par Lampedusa ?
17
Mar

Marine Le Pen : Et si le chemin vers Tel-Aviv passait par Lampedusa ?

Imprimer
Jeudi, 17 Mars 2011 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Marine Le Pen en visite à Lampedusa… avant Tel-Aviv !Marine Le Pen en visite à Lampedusa… avant Tel-Aviv !

Marine Le Pen : Et si le chemin vers Tel-Aviv passait par Lampedusa ?


Élue depuis deux mois à la tête du Front National, Marine Le Pen a choisi Lampedusa pour effectuer son premier voyage à l’étranger. Située à 180 km de la Tunisie, l’île italienne de Lampedusa connaît l’arrivée, depuis la chute de Ben Ali, de migrants tunisiens. Ce n’est pas la « déferlante migratoire » que nous ont annoncée les médias mais cela suffit à Madame Le Pen pour agiter son fonds de commerce habituel : la peur de l’invasion associée à l’islamophobie. Cela lui permet d’être en tête de certains sondages (combien de personnes ont été sondées, qui les a choisies, et selon quels critères ?).

Pendant ce temps, un prétendu sauveur « pour barrer la route au FN » – qui pourrait bien être Strauss-Kahn – tente d’échapper aux primaires du PS (les primaires ne sont pas dignes de ce grand serviteur de la Finance internationale puisqu’il est déjà investi par le FMI et Tel-Aviv !). Nous connaissons cette vieille technique du Système qui a toujours deux hommes : le premier crée le problème et le deuxième prétend le résoudre (voyez aux Etats-Unis la manœuvre Bush/Obama).

Il est d’usage, en France, que des candidats ayant des ambitions présidentielles effectuent divers voyages à l’étranger pour se donner une dimension internationale. Le Figaro, dans son édition du 15 mars, nous apprend que la Présidente du FN envisage de se rendre aussi en Russie et dans plusieurs pays africains francophones. Au même moment, selon des personnes proches de la mouvance FN, nous apprenons qu’un voyage en Israël serait aussi à l’ordre du jour. On connaît l’importance du voyage à Tel-Aviv avant une présidentielle : ça vaut tous les sondages et toutes les primaires ! Cette allégeance au lobby sioniste ouvre bien des portes, notamment dans les médias. Pour Madame Le Pen, cette ouverture a déjà eu lieu.

Mais, la Présidente du FN doit aussi compter sur un courant antisioniste toujours présent au sein de son parti, surtout parmi certains de ses cadres. Il faut donc banaliser, diluer le voyage à Tel-Aviv dans un ensemble plus large. On commencera donc le périple par Lampedusa et après un crochet à Moscou et dans quelques capitales africaines, on finira « naturellement » à Tel-Aviv ! Ce ne sera qu’une capitale de plus comme si Israël, à travers son lobby en France, avait une influence comparable au Cameroun ou à la Russie (qui n’ont aucun poids dans la vie politique française). Madame Le Pen voyage où il lui plaît. Sauf que, dans son cas, tout voyage à l’étranger a une signification politique.

Si Marine Le Pen désire restaurer une politique étrangère française indépendante, qu’elle visite aussi Gaza, prison à ciel ouvert. Si elle est intéressée par « l’occupation », qu’elle demande à l’armée sioniste contrôlant les check-points de lui permettre de visiter la Cisjordanie où les colons sionistes expulsent les Palestiniens (qui sont de « souche » et chez eux). Si elle a l’ambition de renouer avec la traditionnelle politique de la France en Orient (bien antérieure à la création de l’entité sioniste en 1948), alors qu’elle n’hésite pas à pousser jusqu’à Beyrouth où elle pourra constater que le Hezbollah est réellement représentatif de la population libanaise et en alliance avec les Chrétiens du général Aoun que son père a bien connu. Elle peut aussi se rendre à Damas où l’influence de la culture française se maintient malgré l’alignement total de Sarkozy sur Tel-Aviv. Enfin, qu’elle pense à visiter la République islamique d’Iran, une nation incontournable dans le contexte actuel, nation avec laquelle le Roi de France Louis XIV (un Roi bien français, de souche…) entretenait déjà d’amicales relations !

Seule Marine Le Pen est libre de choisir les capitales qu’elle désire visiter ; libre dans les limites de ses choix politiques et des engagements qu’elle a pu prendre ci et là…


Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/648
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte