› Manuel Valls : La dictature de la laïcité !
26
Sep

Manuel Valls : La dictature de la laïcité !

Imprimer
Mercredi, 26 Septembre 2012 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Manuel Valls au dîner du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions sionistes de France).Manuel Valls au dîner du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions sionistes de France).Manuel Valls : La dictature de la laïcité !

Sur la radio strasbourgeoise Radio Judaïca, Manuel Valls est interpellé sur la position de la gauche face à l’antisémitisme, ce pseudo-partisan de la laïcité, représentant de l’État, a tenu à se justifier sur ses liens éternels avec l’entité sioniste : « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël », petite frasque qui n’a évidemment jamais été relayée par les médias. Imaginons un instant un responsable français ayant épousé une femme d’origine algérienne ou marocaine et disant « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté musulmane et à l’Algérie (ou au Maroc). » L’écho en aurait certainement était bien différent.

En 2002, il prenait position contre un magasin Franprix de sa ville qui avait choisi de ne vendre que des produits hallal et en 2009, alors qu’il est député-maire socialiste d’Evry, Manuel Valls se mobilise contre le port du voile d’une employée de la crèche privée Baby Loup qui avait reçu un avis favorable de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité). Plus récemment, dimanche 23 septembre 2012, il a affirmé que les juifs de France « pouvaient porter avec fierté leur kippa ! ». Le ministre de l’Intérieur excelle dans le deux poids, deux mesures, mais il n’est pas le seul…

En effet, à l'occasion du Yom Kippour, le Grand Pardon, fête la plus importante du judaïsme qui commence cette année mardi soir, le Conseil de Paris ne siègera pas alors qu'il était prévu initialement que ses travaux se déroulent du lundi 24 à mercredi 26 septembre, a annoncé lundi le maire de Paris, Bertrand Delanoë !

Le week-end dernier, le ministre de l’Intérieur s’est illustré en soulignant qu’il ferait preuve d’une « très grande fermeté » envers ceux qui oseraient manifester contre le film islamophobe et les caricatures du prophète Mohamed (p). C’est encore le « deux poids, deux mesures » qui l’emporte : liberté de caricaturer et d’offenser pour les uns et interdiction de manifester pour les autres ! 

Qu’ont-ils tous, ces hommes politiques, au nom du combat antisémite, louable, à faire l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme depuis la création injuste de l’Etat sioniste ? Manuel Valls se distingue par son attachement à l’entité sioniste et se révèle chaque jour, comme un parfait valet du lobby sioniste enraciné en France. Mais au fait, quel temps lui reste-t-il pour se consacrer à la défense des intérêts des Français ?

Depuis sa création, le Parti Anti Sioniste a toujours fait la distinction entre antisionisme et antisémitisme : il y a entre les deux une ligne rouge infranchissable.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1216
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte