› Les Franco-Israéliens et la guerre
06
Mar

Les Franco-Israéliens et la guerre

Imprimer
Samedi, 06 Mars 2010 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Les Franco-Israéliens et la guerre

Les Franco-Israéliens et la guerre


Dans l’article intitulé « Panique au quai d’Orsay : vrais faux passeports vrais » du 26/02/2010, nous évoquions la possibilité que des Franco-Israéliens aient remis eux-mêmes leur passeport français au Mossad, ajoutant que cela ne manquerait pas de « poser à nouveau la question de la double allégeance de ces nombreux Franco-Israéliens ».

La situation du soldat franco-israélien Gilad Shalit, largement médiatisée, illustre bien le problème. Peut-il être considéré comme citoyen français alors qu’il fait partie d’une armée étrangère : celle d’Israël ?

Allons plus loin, les tribunaux français ou de l’Union Européenne ont-ils compétence pour recevoir une plainte à l’encontre de soldats « français » de l’armée israélienne, qui ont commis des crimes de guerre comme à Gaza par exemple ?

Pire encore, nous avons le cas de M. Arno Klarsfeld, binational franco-allemand qui prend la nationalité israélienne à trente sept ans, s’engage dans les garde-frontières affectés à des check-points en territoires occupés (bien qu’ayant dépassé de dix ans la limite d’âge), actuellement médiateur du Ministre de l’Intérieur alors que toujours réserviste d’une armée d’un pays étranger en guerre. Ajoutons que ce pays est régulièrement condamné pour son idéologie raciste (le sionisme) et est bien connu pour son refus total de respecter le droit international (à quoi servent les résolutions des Nations Unies quant il s’agit d’Israël ?).

Tous ces faits (et nous pourrions en citer beaucoup d’autres) conduisent à la situation suivante. A cause de ces « Franco-Israéliens », la France est directement impliquée dans les guerres que mène Israël contre ses voisins et leur population civile. Cette situation est politiquement dangereuse et moralement intenable. Politiquement dangereuse car notre pays se trouve impliqué, de fait militairement, dans des conflits qui ne sont pas les siens avec toutes les conséquences que cela peut avoir. Moralement intenable car des Français qui sont aussi Israéliens se trouvent impliqués dans des crimes de guerre ou contre l’Humanité (Liban, Gaza, etc.), ou dans des actes terroristes (assassinats comme récemment à Dubaï), avec toutes les complications que cela peut amener.

Des hommes politiques ou des juristes nous ont souvent répondu qu’il existe en ce domaine un « vide juridique ». On peut combler ce « vide » en ayant recours aux autorités juridictionnelles compétentes (Conseil d’état, Ministère de la Justice). Gageons que si un Franco-Soudanais faisait la guerre au Darfour dans les rangs de l’armée soudanaise, la réaction du gouvernement français et des médias à ses ordres serait différente. Il est vrai que le lobby soudanais en France est resté pour l’instant relativement discret !

Ce « deux poids deux mesures », avec toujours un soutien ouvert ou dissimulé à l’entité sioniste, n’est pas dû seulement à un « vide juridique » : c’est un choix délibéré, imposé par le lobby sioniste en France.

On peut comparer avec le sort réservé à des Français revenant de Guantanamo. M. Mourad Benchellali et ses 5 compagnons français ont appris (Le Monde du 20/02/2010) que la relaxe prononcée en leur faveur est annulée. Ils seront donc jugés pour la troisième fois en trois ans. Leur crime : se trouver en Afghanistan lors de l’entrée des Américains après le 11/09 et avoir été vendus par les services pakistanais aux Américains. Après les tortures physiques et morales à Guantanamo, Mourad et ses camarades seront mis en détention provisoire dans l’attente d’un procès par la justice française.

Antoine Audouard, écrivain, a publié sur cette affaire un excellent article dans Le Monde du 26/02/2010, parlant de « la torture morale d’un interminable Guantanamo judiciaire ». Il ajoute que tous les autres occidentaux dans le même cas ont pu rentrer chez eux à leur retour : en Angleterre, en Suède, au Danemark, etc.

Comme quoi il vaut mieux être Français et avoir pris part aux guerres contre le Liban et contre Gaza au sein de l’armée israélienne que d’être Français et musulman, suspecté et torturé par la CIA à Guantanamo.

Le « deux poids deux mesures » saute aux yeux : sous l’emprise du lobby sioniste, le gouvernement Sarkozy/Kouchner est bel et bien rangé derrière le drapeau israélien.

Il est curieux que lors du fameux débat sur l’Identité Nationale, le cas des Franco-Israéliens et des sionistes français, qui avouent sans complexe se sentir israéliens avant d’être français, n’ait pas été évoqué…


Parti Anti Sioniste

 

Les Franco-Israéliens et la guerre
Code lecteur :

 

© www.partiantisioniste.com/communications/362
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte