› « Le danger n’est pas l’Iran, c’est Israël ! » (Ministre suédois des Affaires étrangères)
20
Mar

« Le danger n’est pas l’Iran, c’est Israël ! » (Ministre suédois des Affaires étrangères)

Imprimer
Mardi, 20 Mars 2012 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Carl Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères.Carl Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères.« Le danger n’est pas l’Iran, c’est Israël ! » (Ministre suédois des Affaires étrangères)

Le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, estime que l'entité sioniste est le principal danger dans les négociations diplomatiques avec la République Islamique d'Iran sur son programme nucléaire.

Lors d’une conférence de presse, à l’issue de la récente réunion formelle des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne à Copenhague, le chef de la diplomatie suédoise a demandé à Israël de ne pas mettre des bâtons dans les roues des négociations entre l’Iran et les 5+1.  Il a souligné qu’ « entraver les efforts diplomatiques témoigne de l’irresponsabilité ».

Carl Bildt souhaite que les Etats-Unis, la Chine, la Russie et l’Union européenne reprennent leurs efforts. L’entité sioniste, les Etats-Unis et certains de leurs alliés avaient accusé Téhéran de poursuivre des objectifs militaires dans son programme d'énergie nucléaire et avaient utilisé ce prétexte pour faire voter quatre séries de sanctions par l'ONU et une série de mesures unilatérales contre la République Islamique d’Iran.

L'Iran avait réfuté ces allégations, faisant valoir qu'en tant que signataire du Traité sur la non-prolifération nucléaire et membre de l'Agence internationale d'énergie atomique – à la différence d’Israël – il avait le droit d'utiliser la technologie nucléaire à des fins pacifiques. M. Bildt rappelle que « selon les derniers rapports des services de renseignement américains, l’Iran ne mène aucune activité dans le sens de l’arme atomique » (lire à ce sujet notre article : « L’Iran ne souhaite pas se doter de l’arme nucléaire [Renseignements américains] ».

Le 15 février 2012, l'Union européenne avait reçu une lettre de l’Iran lui indiquant qu'il était prêt à reprendre le dialogue avec les grandes puissances mondiales sur son programme d'énergie nucléaire, tout en soulignant qu’il n’abandonnerait aucun de ses droits. L'Union avait salué la décision, notamment le ministre des Affaires étrangères suédois : « Nous avons reçu une lettre des Iraniens qui est globalement satisfaisante » avait déclaré Carl Bildt avant d’annoncer la prochaine tenue de pourparlers avec l’Iran. 

Il semble bien que l’argument nucléaire qui poussait à une intervention militaire en Iran soit de moins en moins convaincant, et perde de sa crédibilité…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1070
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte