› Laïcité française : Des concours de nuit pour les étudiants juifs pratiquants…
16
AVR

Laïcité française : Des concours de nuit pour les étudiants juifs pratiquants…

Imprimer
Samedi, 16 Avril 2011 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

La laïcité française à géométrie très variable…La laïcité française à géométrie très variable…

Laïcité française : Des concours de nuit pour les étudiants juifs pratiquants…


On vient à peine de sortir du débat sur la laïcité (en réalité du débat contre l’Islam), que le gouvernement Sarkozy nous donne une leçon pratique en ce domaine. Voici les faits : sur demande de l’Élysée, quelques étudiants juifs pratiquants, candidats aux concours d’entrée à plusieurs grandes écoles (Mines, Ponts et Chaussées, Centrale, Supelec), auront le droit de passer certaines épreuves lors de séances spéciales, de nuit, et cela pour cause de calendrier religieux !  En effet, une fête juive coïncide avec les dates et heures des épreuves de ces concours. Voilà pourquoi Nicolas Sarkozy, sans doute pour leur être agréable, a décidé de leur aménager ces séances de nuit qui devaient rester secrètes. Mais des fuites se sont produites, sans doute dues à des fonctionnaires républicains scandalisés par de telles pratiques, et le site Mediapart, repris entre autres par l’hebdomadaire Le Point, a divulgué cette affaire.

Une telle pratique est fondamentalement contraire aux principes de base, non seulement de la laïcité, mais aussi de l’égalité devant l’accès aux grandes écoles et à la fonction publique. Ces principes de la laïcité, qui selon certains seraient mis en danger par les musulmans, sont ici bafoués secrètement par les plus hautes instances de l’État, au profit d’une communauté qui s’est érigée en lobby dominant. C’est bien la preuve, s’il en était besoin, que le mot « laïcité » est le paravent républicain qui masque le pouvoir d’un lobby et d’un seul : le lobby sioniste. Ce dernier se sait si puissant au sein de l’État qu’il se croit tout permis.

Le fait que des candidats (« juifs pratiquants ») puissent passer des épreuves dans des conditions dérogatoires (différentes de celles des autres candidats), permettra aux recalés de porter l’affaire devant le Conseil d’État, le principe d’égalité devant les examens et concours ayant été violé. Nous leur recommandons vivement de le faire, afin d'éclater l'abcès, ce qui aura pour conséquence d’invalider toutes les épreuves !  D’ailleurs, qui garantit que les conditions appliquées durant ces sessions spéciales (surveillance, non utilisation de documents, etc.) seront identiques à celles des autres candidats ?  Personne, et certainement pas ceux qui ont voulu garder secrète cette faveur accordée à une infime minorité d’étudiants, en raison d’une appartenance communautaire !

Mais, par-delà l’aspect juridique et légal, il y a l’aspect politique. Après le débat sur l’identité nationale et celui sur la laïcité, on aurait pu s’attendre à ce que le pouvoir adopte, au moins pour quelques temps, un peu de discrétion sur ces questions. Mais ce n’est pas le cas, et afin de favoriser le lobby sioniste le pouvoir n’hésite pas à violer sa propre légalité au risque de déclencher le scandale !  On peut bel et bien parler d’un lobby « sûr de lui et dominateur », qui s’est placé en France au-dessus de tout droit international, à l'instar de l’entité sioniste. La logique est en effet la même : une volonté illimitée de domination, au nom d’une élection d’origine divine.

En France, la « laïcité » est le nom derrière lequel se dissimule la religion sioniste obligatoire. Cette « laïcité » autorise n’importe qui à insulter le Christianisme ou l’Islam, sans risque de poursuites, mais condamne les antisionistes, qu'ils soient simples citoyens, associations ou artistes. Ce sionisme dissimulé derrière le mot « laïcité » règne partout, au gouvernement comme dans les programmes de l’éducation dite nationale, dans les médias comme dans les tribunaux. C’est devenu la religion officielle et obligatoire de la France, celle à laquelle il faut croire – ou pour le moins obéir – sous peine de graves ennuis ou de marginalisation.

Compte-tenu de l’affaiblissement – sans doute momentané – de la religion chrétienne en France, le sionisme ne rencontre plus aujourd’hui qu’un seul adversaire capable de lui tenir tête : l’Islam. C’est donc l’Islam qu’il faut montrer du doigt chaque jour, et tenter de l’opposer aux autres Français, précisément au nom de cette « laïcité » qui n’est en réalité que le nom républicain du pouvoir sioniste. Imaginons une seconde que des séances spéciales d’examen aient été organisées pour des étudiants musulmans. On devine le bruit qu’une telle affaire aurait fait, et cela nous aurait valu un nouveau débat sur la laïcité, c'est-à-dire sur l’Islam…

Tout en combattant l’Islam, le sionisme n’oublie pas les autres catégories de la population. Après s’être emparé de la classe politique grâce à sa puissance médiatique et financière, le lobby sioniste continue à traquer les moindres poches de résistance qu’il rencontre encore. Le calendrier des examens universitaires de la République ne lui convenant pas, il l’a donc fait modifier afin de montrer tout simplement quel calendrier s’appliquera désormais en France : le sien, celui de la République étant trop catholique à son goût.

Mais, à toute chose malheur est bon !  A présent, grâce à ce scandale, ce sont les étudiants candidats aux grandes écoles qui découvrent une réalité qui parfois leur échappait. Qu’ils retiennent bien cette leçon car, tout au long de leur vie professionnelle et citoyenne, ils auront souvent à croiser ce lobby, qui au nom de la « laïcité » est un lobby très à part…


Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/681
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte