› « L'objectif de la France consiste-t-il à renverser le régime syrien ? » (François Loncle, Député)
22
Jan

« L'objectif de la France consiste-t-il à renverser le régime syrien ? » (François Loncle, Député)

Imprimer
Dimanche, 22 Janvier 2012 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

François Loncle, député socialiste de l'Eure.François Loncle, député socialiste de l'Eure.« L'objectif de la France consiste-t-il à renverser le régime syrien ? » (François Loncle, Député)

Le 20 décembre 2011, François Loncle, député socialiste de l'Eure et membre de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, a interrogé le gouvernement sur la situation en Syrie. Il souligne que le gouvernement français s’est « prononcé en faveur d'une ingérence internationale, bien que celle-ci ne puisse avoir l'approbation de l'ONU, en raison de l'hostilité affichée par la Russie et la Chine. Il a proposé l'instauration de « couloirs humanitaires sécurisés » dans le nord de la Syrie, alors que ce projet est catégoriquement rejeté par le chef du bureau des affaires humanitaires des Nations-unies. La France est le seul pays à avoir reconnu comme « interlocuteur légitime » le Conseil national syrien (CNS) qui regroupe une partie de l'opposition ». Puis, il demande au ministre des Affaires étrangères et européennes « de clarifier sa diplomatie à l'égard de la Syrie. Il voudrait savoir si la France étudie la préparation d'une opération militaire, dans la mesure où la sécurisation de zones ou de convois nécessite une protection armée et, en conséquence, l'emploi éventuel des armes. Il souhaiterait qu'il lui indique si le Gouvernement est prêt à envisager une telle intervention militaire, même sans l'aval de l'ONU et sans mandat précis. Il désirerait également connaître le rôle exact joué par les agents du service action de la DGSE et les officiers du commandement des opérations spéciales (COS), dépêchés en Turquie et au Liban, auprès des militaires syriens ayant fait défection. Il aimerait savoir si le soutien opérationnel et logistique fourni par la France à l'Armée syrienne libre (ASL), composée des déserteurs, implique des livraisons d'armes. Enfin, il lui demande si l'objectif de la diplomatie française consiste à renverser le régime syrien, au risque de provoquer l'éclatement du pays, voire l'embrasement de toute la région. »

Ces interrogations de monsieur le député corroborent deux informations, la première donnée par Le Canard enchaîné du 23 novembre selon laquelle « plusieurs membres du service Action de la DGSE et le « Commandement des opérations spéciales » (COS) sont déjà prêts en Turquie, s’ils en reçoivent l’ordre, à former ces déserteurs à la guérilla urbaine. » La seconde se trouve dans notre article du 07/01/12, « Syrie : A qui profitent les attentats ? », dans lequel nous citions le colonel Ryad el-Assaad, chef de la soi-disant « armée syrienne libre » et réfugié en Turquie : « Nous nous sommes préparés pour cette étape… Nous ne pouvons pas renverser Bachar al-Assad par des manifestations pacifiques, c’est pourquoi nous allons le forcer à quitter le pouvoir par les armes. (…) Nous allons poursuivre le combat jusqu’à la chute du régime. Cette semaine, le monde entier assistera à de grandes opérations partout dans le pays contre tous les intérêts de l’armée, du régime et des sites vitaux ».

Il s’agit clairement pour les services secrets français de s’ingérer dans les affaires internes d’un état souverain en appliquant le schéma rodé il y a quelques mois, en Lybie avec toutefois une différence, les vétos russe et chinois quant à une intervention militaire en Syrie. Nous invitons nos lecteurs à relire notre article du 10/12/11, « Toute attaque contre la Syrie ou l’Iran déclenchera la 3ème guerre mondiale ! » dans lequel nous écrivions : « Le Président russe Medvedev et le Président chinois Hu ont « validé un accord de principe » stipulant que la seule façon d’arrêter l’agression de l’Occident (contre l’Iran ou la Syrie, NDLR) dirigée par les États-Unis sera une action militaire directe et immédiate. Le dirigeant chinois a déjà donné ordre à ses forces navales de se préparer à la guerre ». Des navires de guerre russes sont déjà présents dans le port syrien de Tartous.

Ainsi, à défaut d’un affrontement direct avec la Syrie, bastion de la résistance et de l'arabité dans une région connue pour être le fief de toutes les convoitises des forces de colonisation et d'occupation, les ennemis du régime en place (la France, la Grande-Bretagne, l’entité sioniste, les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie) arment et forment l’opposition syrienne en vue de déstabiliser Bachar al-Assad !

Dans le dossier syrien, droite et gauche s’alignent sur la politique américano-sioniste et affichent clairement leur soutien aux agressions. Le Parti Anti Sioniste tire la sonnette d’alarme et demande aux citoyens français d’empêcher notre gouvernement de provoquer une guerre civile en Syrie qui ne lui profitera pas et qui aura de graves répercussions dans la région et pour notre pays. Interrogeons-nous pour savoir pourquoi des soldats français meurent encore aujourd’hui en Afghanistan…

Par Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
 

Yahia Gouasmi  -  Président du Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/997
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte