› Egypte : Quel avenir pour les accords de Camp David ?
26
AOÛ

Egypte : Quel avenir pour les accords de Camp David ?

Imprimer
Dimanche, 26 Août 2012 [Section :  Communications du PAS]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Egypte : L’armée se déploie dans le Sinaï.Egypte : L’armée se déploie dans le Sinaï.Egypte : Quel avenir pour les accords de Camp David ?

Selon le quotidien israélien Haaretz, « l'armée égyptienne a l'intention de déployer des avions sans pilote (drones, ndlr) dans le Sinaï pour traquer les éléments terroristes ». L'armée égyptienne a également obstrué 120 tunnels utilisés pour les différents trafics avec la bande de Gaza, dans le cadre de l'opération de sécurité au Sinaï. Les responsables des services de sécurité égyptiens ont annoncé samedi 25 août, que « la destruction des entrées des tunnels se poursuivrait sur une base quotidienne et ne prendrait fin qu'avec l'obstruction de toutes ces conduites souterraines ».

Ce déploiement fait suite à l’assassinat, dimanche 5 août, de 16 gardes-frontières égyptiens dans le Sinaï par des « terroristes » infiltrés par le Mossad israélien. Cet assassinat avait choqué le gouvernement et avait amené le président Mohammed Morsi à limoger le chef du renseignement et deux généraux. L'armée égyptienne avait alors promis de « venger » leur mort.

Dans un entretien, le général égyptien Attiyah a avoué l'existence d'une unité spéciale du Mossad, dite « unité 242 », créée en 1971 et qui agit dans le Sinaï : « Israël possède ce genre d'unité presque partout dans le Sinaï. Les membres de cette unité ont, depuis longtemps, intégré la population locale et vivent au milieu d’elle, leur principale tâche étant d'inciter à la violence et à la rébellion. Cette unité a recruté des partisans de l'ancien régime et des mercenaires, et a commandité l'attaque du Sinaï ».

Selon la confrérie islamique, cette opération était une tentative pour déstabiliser le pouvoir du président Mohamed Morsi, élu en juin. Pour les Frères musulmans, il est désormais « impératif de revoir les clauses » de l’accord de paix entre l’Egypte et l’entité sioniste. « Ce crime peut être attribué au Mossad qui tente de faire avorter la révolution depuis qu'elle a eu lieu. Preuve en est, il a donné instruction à ses citoyens sionistes se trouvant dans le Sinaï de partir immédiatement il y a plusieurs jours », affirmait la confrérie sur son site internet.

Ismaïl Haniyeh, chef du gouvernement du Hamas à Gaza a, dans un communiqué, fustigé l’entité sioniste d'être « responsable, d'une manière ou d'une autre », de l'attaque menée dans un but de « gêner la nouvelle direction égyptienne et de ruiner les efforts visant à en finir avec le siège israélien de la bande de Gaza ». 



D’après des sources européennes diplomatiques citées par la radio norvégienne Austin, « l’émergence dans le Sinaï de groupes salafistes wahhabites militants qui menacent la sécurité du territoire égyptien et l'armée est en fait, le résultat d'un travail continu, fruit d'une coordination des renseignements saoudien et occidental il y a plus d'un an, dans le but de déstabiliser l'Egypte après la chute du régime de Moubarak ». Selon ces mêmes sources occidentales, « le plan qui vise l’Egypte consiste à ce que ce pays reste en situation de crise et d’ébullition. Il n’est pas surprenant d’assister dans les prochains mois à des attentats dans les villes égyptiennes contre des civils»...

Les Etats-Unis et Israël suivent avec beaucoup d’intérêt et d’inquiétude ce qui se passe en Egypte depuis l’élection de Mohamed Morsi -issu du mouvement des Frères musulmans-. La décision du Président égyptien de limoger des responsables militaires parmi lesquels, le général Tantawi, n’a rassuré ni le Pentagone, ni l’entité sioniste. Ceux-ci craignent tellement que la situation en Egypte leur échappe, qu’ils ont entrepris, avec l’appui de leur valet habituel (l’Arabie saoudite), des opérations de déstabilisation en Egypte. Les relations entre l’entité sioniste et l’Egypte vont devenir de plus en plus compliquées...

(*) Signés le 17 septembre1978, les accords de Camp David consistent en deux accords-cadres suivis de la signature du premier traité de paix entre l’entité sioniste et un pays arabe.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1194
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte