› Communications du PAS
21
AVR
Nucléaire : 450 millions de dollars restitués à l’Iran par les Etats-Unis ! Imprimer
Lundi, 21 Avril 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Nucléaire : 450 millions de dollars restitués à l’Iran par les Etats-Unis !Nucléaire : 450 millions de dollars restitués à l’Iran par les Etats-Unis !

Les pourparlers qui durent depuis plusieurs mois à propos du nucléaire iranien, ont fini par payer. Jeudi 17 avril 2014, la publication du rapport d’étape mensuel par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) montre bien la droiture de Téhéran.

Le rapport indique que les Iraniens ont diminué de 75% leur stock d’uranium hautement enrichi, stock qui effrayait tout l’Occident… L’Iran ayant tenu son engagement, Washington a autorisé la restitution de 450 millions de dollars d’avoirs iraniens gelés depuis plus de trente ans. Cette somme n’est qu’une tranche parmi les huit prévues, lors de l’entente sur la question du programme nucléaire iranien entre les 5+1 (France, Etats-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, Chine + Russie) et la République islamique d’Iran, le 24 novembre dernier à Genève.

La Porte-parole adjointe du département américain, Marie Harf, a déclaré à Washington : « Sur la base de cette confirmation et conformément aux engagements des Etats-Unis dans le cadre de l’accord intérimaire, le département du Trésor a pris la mesure nécessaire relative à l’accord, pour permettre le déblocage d’une tranche de 450 millions de dollars de fonds iraniens gelés. »

Cela dit, ce n’est qu’un début parce que sur une période de six mois, la République islamique d’Iran devrait se voir restituer plus de 4,2 milliards de dollars d’avoirs ! Cependant, aucune précision n’a encore été communiquée sur le délai de versement de la première tranche.

La sincérité des Iraniens montre bien que Téhéran n’a jamais eu une intention malveillante —L’Iran n’a jamais envisagé un usage militaire du nucléaire—mais a uniquement souhaité augmenter le confort et le bien-être de son peuple ! Par conséquent, une levée partielle des sanctions occidentales est prévue, voire définitive afin que cesse l’acharnement sans raison subi par la République islamique d’Iran depuis plus de trente ans.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1907
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
19
AVR
Syrie : Un « tournant » en faveur des forces gouvernementales (Bachar al-Assad) ! Imprimer
Samedi, 19 Avril 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Syrie : Un tournant en faveur des forces gouvernementales du pays !Syrie : Un tournant en faveur des forces gouvernementales du pays !Syrie : La situation est à un « tournant » en faveur des forces gouvernementales (Le président syrien Bachar al-Assad) !

Une centaine de rebelles soutenus depuis l’étranger —Etats-Unis, Turquie, Arabie saoudite, etc. — viennent de se rendre aux autorités syriennes.

Le gouvernement syrien promet de laisser en liberté à ceux qui n’ont commis aucun crime et qui s’engagent à ne plus porter d’arme et à ne plus attenter à la sécurité du pays.

Sur le terrain, l'armée syrienne va de victoire en victoire : A Alep, au nord-ouest du pays, Homs dans le centre, la ville stratégique de Qalamoune, la célèbre ville chrétienne de Maaloula, etc.

Le président Bachar al-Assad évoque un « tournant » dans le conflit en faveur du pouvoir, des points de vue militaire et social, en dépit de l’acharnement des puissances étrangères : « Il y a un tournant dans la crise au niveau militaire et des exploits permanents réalisés par l'armée dans sa lutte contre le terrorisme, et au niveau social qui concerne la réconciliation nationale », a déclaré le chef de l’Etat syrien, lors d’une conférence à la Faculté des Sciences politiques de Damas, le 13 avril 2014, avant d’ajouter que « l'Etat cherchait à ramener la sécurité et la stabilité d'abord dans les régions importantes attaquées par les terroristes ensuite, il s'attaquera aux poches et cellules dormantes ».

Tandis que les Etats-Unis et certains pays européens (France, Grande-Bretagne, Allemagne, notamment) garantissent la sécurité de l’entité sioniste, cette dernière convoite la Syrie pour sa position géostratégique —Damas fait partie du projet du Grand Israël qui doit d'étendre Israël du Nil à l'Euphrate, comprenant la Palestine historique, le Liban, la Syrie, la Jordanie et une partie de l'Irak et de l’Égypte—. C’est pourquoi, Israël participe à la déstabilisation du régime syrien et à la destruction du pays, en soutenant militairement les groupes terroristes.

Fort heureusement, la population syrienne est de plus en plus consciente des buts cachés de l’agression colonialiste de la Syrie par les puissances occidentales, les pays arabes comme l’Arabie saoudite et le Qatar, par la Turquie et Israël ; le peuple syrien voit clair…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1904
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
16
AVR
Ukraine : Visite secrète du directeur de la CIA ! Imprimer
Mercredi, 16 Avril 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

John O. Brennan, directeur de la CIA (Central Intelligence Agency des États-Unis).John O. Brennan, directeur de la CIA (Central Intelligence Agency des États-Unis).Ukraine : Visite secrète du directeur de la CIA… Pourquoi ?

La Russie a demandé des explications aux Etats-Unis, suite à la visite à Kiev du directeur de la Central Intelligence Agency des États-Unis (CIA), John O. Brennan à Kiev. « Nous voulons notamment comprendre ce que signifie la visite urgente à Kiev du directeur de la CIA, monsieur Brennan », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

« On peut se souvenir que la violence sur la place Maidan qui s'est soldée par des dizaines et des dizaines de morts, était qualifiée de démocratie, alors qu'on parle de terrorisme lorsqu’il s’agit de manifestations pacifiques qui ont lieu actuellement dans le sud-est du pays », a fait remarqué le ministre russe avant d’ajouter : « L'hypocrisie [occidentale, ndlr] dépasse les bornes », face aux événements en Ukraine !

La CIA avait, dans un premier temps, rejeté l’accusation, la qualifiant de « complètement fausse ». Mais le 14 avril, la Maison Blanche a confirmé que John Brennan s'était rendu en Ukraine, le week-end précédent. « Nous ne commentons normalement pas le voyage du directeur de la CIA, mais étant donné les circonstances extraordinaires dans cette affaire et les fausses allégations portées par les Russes contre la CIA, nous pouvons confirmer que le directeur était à Kiev dans le cadre d'un voyage en Europe », a annoncé aux journalistes, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. « Les visites de haut niveau des responsables du renseignement sont un moyen standard de promouvoir la coopération mutuellement bénéfique en matière de sécurité, y compris la collaboration du renseignement américano-russe qui remonte aux débuts de l'ère post-guerre froide », a précisé le porte-parole…

Le président ukrainien déchu, Viktor Ianoukovitch, a accusé la CIA d'être derrière la décision de Kiev d'utiliser la force contre les manifestants pro-russes dans l'est du pays et d’avoir « provoqué des effusions de sang », ajoutant que « les Etats-Unis portent une lourde responsabilité dans le démarrage de la guerre civile en Ukraine, non seulement par leur influence diplomatique mais aussi par la présence de leurs forces de sécurité qui ne faisaient pas qu’intervenir mais donnaient aussi leurs ordres ! Le directeur de la CIA John Brennan s'est rendu à Kiev où il s'est entretenu avec Tourtchinov [président ukrainien par intérim, ndlr] et Avakov [ministre ukrainien de l'Intérieur, ndlr]. A l'issue de cette rencontre, la décision a été prise de recourir à la force », conclut M. Ianoukovitch.

Aleksandr Yakimenko, chef du SBU, service de sécurité ukrainien quand M. Ianoukovitch était au pouvoir, a affirmé le 14 avril, que son successeur, Valentin Nalivaychenko, était un agent double travaillant pour la CIA ! « Nalivaychenko a été recruté par les États-Unis quand il était consul général de l'Ukraine à Washington [2001-2003, ndlr] », a déclaré l’ex-chef du service de sécurité ukrainien, avant de préciser que « les États-Unis sont en train de créer une sorte de chaos contrôlé qui contribue à faire sauter les ponts entre la Russie et l'Ukraine. »

Le député et candidat à la présidentielle d'Ukraine, Oleg Tsarev, a lui aussi fait état de la présence de membres de renseignements américains en Ukraine : « Plusieurs officiers du SBU m'ont appris que les agences de renseignement des États-Unis participent activement à tout ce qui se passe en Ukraine. Ils me disent même qu’un étage entier a été laissé à la disposition des agences du renseignement américain, où les officiers ukrainiens n'y ont pas accès ! »

Les rassemblements pro-russes à l'est de l'Ukraine ont pris de l'ampleur depuis que le territoire de Crimée a déclaré son indépendance de l'Ukraine et a officiellement demandé à faire partie de la Fédération de Russie. Les États-Unis et leurs alliés européens sont irrités par l'intégration de la Crimée à la Russie, ce qui les pousse à imposer des sanctions économiques à l'encontre des responsables russes.

Le Parti Anti Sioniste invite le peuple ukrainien à faire preuve de prudence face à l’ingérence atlantiste dans ses affaires internes. Les pays européens ont perdu leur souveraineté et nombreux sont les citoyens européens qui veulent sortir de cette Europe qui les asphyxie. Nos dirigeants européens ont trahi leur peuple en privatisant les banques et en les soumettant aux lobbies bancaires, soit disant pour réduire la dette publique, qui ne fait qu’augmenter…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1901
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
15
AVR
Israël se prépare pour de futures guerres contre le Liban et Gaza ! Imprimer
Mardi, 15 Avril 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Israël se prépare pour de futures guerres contre le Liban et Gaza !Israël se prépare pour de futures guerres contre le Liban et Gaza !Israël se prépare pour de futures guerres contre le Liban et Gaza !

Benny Gantz, chef d'état-major de l'armée israélienne Tsahal, a affirmé lors d’une interview, que Tel-Aviv se préparait pour de futures guerres contre le Liban et contre la Bande de Gaza !

D’après lui, une offensive terrestre au Liban est « nécessaire » dans une confrontation possible avec le mouvement de Résistance libanais, le Hezbollah. Il a ajouté que l'armée israélienne se préparait à tout scénario possible dans la Bande de Gaza assiégée et aussi en Syrie : « Nous pouvons nous attendre, je suppose, à d'autres affrontements dans la Bande de Gaza. Nous préparons le passage de la vie courante à l'état d'urgence ».

Pendant la guerre des 33 jours en 2006, 1 200 Libanais, en majorité des civils, avaient été tués par l’armée sioniste. Les combattants du Hezbollah avaient vaincu les forces israéliennes et l’entité sioniste avait été contrainte de battre en retraite, sans avoir atteint aucun de ses objectifs !

En Août 2012, le Secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, avait annoncé que le Hezbollah avait la capacité et le courage de défendre le Liban et que ses missiles étaient prêts à frapper plusieurs cibles à l'intérieur d'Israël si Tel-Aviv décidait d’attaquer le Liban. C’est encore possible aujourd’hui !

En revendiquant l’opération qui s’est déroulée à la mi-mars dans la zone frontalière des fermes de Chebaa et qui visait une patrouille de l’armée israélienne, le Secrétaire général du Hezbollah cherche à dissuader l’entité sioniste de toute nouvelle agression. Seyyed Hassan Nasrallah a précisé qu’il s'agissait là d'une riposte partielle au raid israélien dans la région libanaise de la Bekaa, le 24 février…

L’entité sioniste peut se préparer pour de futures guerres au Liban, en Syrie ou en Palestine. Quelle sache, qu’il existe chez ses voisins, une Résistance qui n’hésitera pas à riposter si violation territoriale il y a.

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1900
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
12
AVR
Gaz russe : Un enjeu entre les pays atlantistes et la Russie ! Imprimer
Samedi, 12 Avril 2014 [Liste des articles]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie.Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie.Gaz russe : Un enjeu entre les pays atlantistes et la Russie !

Dans une lettre adressée à 18 dirigeants européens, le 10 avril 2014, le président russe Vladimir Poutine déclare que la Russie a « subventionné l'économie de l'Ukraine », à hauteur de plus de 35 milliards de dollars depuis quatre ans et exige que ce soutien se fasse désormais « sur un pied d'égalité ». Cela signifie que si l’Europe ne trouve pas de solution à la dette ukrainienne, les livraisons de gaz pour l’Ukraine seront réduites et celles vers l’Europe, menacées, faisant ainsi ressurgir le spectre de la « guerre du gaz » qui avait réduit les livraisons vers l'Europe de l’Ouest entre 2006 et 2009. L'Union européenne importe le quart de son gaz de Russie, dont près de la moitié transite par l'Ukraine.

« Ces derniers mois, l'économie ukrainienne est en pleine dégradation. La récession s'accentue dans l'industrie et le bâtiment. Le déficit budgétaire augmente […]. Le pays est au bord d'un défaut de paiement […] et risque une explosion du chômage », a déclaré le chef de l'Etat russe, qui appelle les dirigeants européens et américain à discuter « de mesures conjointes visant à stabiliser l'économie de l'Ukraine pour assurer les livraisons et le transit du gaz russe dans le strict respect des conditions contractuelles ».

La porte-parole du département d'État des États-Unis, Jennifer Psaki, accuse Moscou d’utiliser ses ressources énergétiques « comme moyen de pression » dans son différend avec l’Ukraine.

Selon le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, les pourparlers doivent se faire avec chaque pays européen individuellement, et non avec leur représentant en la personne de la Commission européenne, puisque « chacun de ces pays est acheteur de gaz, chacun doit donc faire partie des négociations. Il est impossible de mener des négociations uniquement avec la Commission européenne, parce qu’elle n'est pas un acheteur ! »

Vladimir Poutine estime que l’Europe n'a accordé aucune aide réelle à l'Ukraine, contrairement à la Russie, et qu'elle est indirectement responsable de la crise économique actuelle dans le pays. La Russie ne doit et ne peut plus porter seule, à bout de bras, l'économie ukrainienne en lui accordant des remises et en effaçant sa dette payant, de facto, avec ses subventions, le déficit commercial de l'Ukraine et des pays de l'Union européenne.

La dette gazière de l'Ukraine s'élève à plus de 2,2 milliards de dollars. Après l'annulation de toutes les remises accordées à Kiev sur le gaz russe, le 03 avril 2014, le prix du gaz pour l'Ukraine a atteint 485,5 dollars les 1 000 mètres cubes : le même prix fixé dans le contrat signé en 2009 entre les groupes gaziers russe et ukrainien Gazprom et Naftogaz. Selon Kiev, il s'agit d'un prix « inacceptable » et « politique » !

Le gaz russe est une occasion supplémentaire pour Moscou de défier l’ordre mondial imposé par l’Alliance atlantiste —Etats-Unis et Europe—. La Russie n'a jamais adhéré à l’ordre mondial américain, elle semble même se préparer à développer ses relations avec les pays qui ne veulent pas se soumettre à Washington…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1897
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»