Yuan versus dollar : lequel gagnera ?

Le site de la chaîne Russia Today (RT) a publié, le mercredi 5 septembre une brève note de l’émission Keizer Report, traitant de l’actualité et d’analyse financière et qui, cette fois s’est attardée sur la guerre des tarifs et des sanctions que Washington a déclenchée et qui, rappelons-le touche, chaque jour un peu plus de pays dans le monde.

Avec son invité Alasdair Macleod, directeur de recherche sur le site web GoldMoney.com,Max Keiser, le journaliste et présentateur de cette émission a évoqué la fâcheuse et sempiternelle propension des États-Unis à utiliser le dollar comme une arme de guerre économique contre d’autres pays.

Selon, cet analyste économique, malgré que les États-Unis sachent, pertinemment que le système financier mondial n’a pas encore trouvé d’alternative au billet vert, ils usent du dollar abusivement afin de servir leurs propres intérêts.

« À toutes les autres nations qui comptent sur le dollar pour arranger leurs activités de commerce transfrontalier, les États-Unis transmettent, effectivement un message, en ce sens que leur approche n’est pas très sûre, et qu’ils devraient avoir une alternative.»

Par la suite, M. Alasdair Macleod cite l’exemple de la Chine qui, selon lui, va inévitablement se tourner vers le yuan pour le commerce, au moins à l’intérieur de l’Asie. Il déclare :

« La Chine accumule de l’or depuis longtemps afin de se réserver la possibilité de soutenir sa monnaie nationale.»

En effet, à en croire cet expert des questions économiques, les réserves d’or de la Chine dépasseraient, largement les 1842 tonnes, nombre officiellement annoncé par son gouvernement.

Rappelons que la volonté de l’empire du milieu à accéder à une indépendance envers le dollar ne date pas d’aujourd’hui mais, plutôt date depuis 1983. Et, pour se faire, elle a diversifié l’utilisation des devises dans son commerce transfrontalier et depuis, ce pays aurait accumulé plus de 20 000 tonnes d’or, précise Macleod, ajoutant :

« Une fois que la Chine décidera de soutenir sa monnaie nationale, le yuan en utilisant ses réserves d’or, cela pourrait détruire le dollar américain. »

Nous savons que le locataire de la Maison Blanche menace de bloquer les importations chinoises depuis le début de l’année. Vers la mi-juin, il a mis ses menaces à exécution en annonçant la mise en pratique d’une première série de surtaxes de 25 % frappant, ainsi 50 milliards de dollars de marchandises, soient 1102 produits.

Il est évident d’imaginer que la réponse de Pékin ne s’est pas fait attendre. En effet, quelques heures après, sa réplique a été de surtaxer, à son tour et de manière équivalente 659 produits US. La conséquence directe de toute cette situation délicate révèle que les tensions entre les deux pays sont loin de s’apaiser.

Il est utile de rappeler que le jeudi 23 août, le ministère chinois du Commerce a annoncé que son pays avait porté plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) contre les États-Unis pour avoir frappé de nouveaux droits de douane les produits chinois importés. Cette plainte a fait suite aux deux jours de négociations musclées entre Washington et Pékin et qui, finalement n’ont porté aucun fruit quant à la guerre commerciale opposant les deux puissances économiques surtout après que les États-Unis aient décidé d’imposer de nouveaux tarifs douaniers sur les produits chinois.

La Turquie, elle aussi, a contesté les taxes américaines sur l’acier et l’aluminiumauprès de l’OMC. Rappelons que la guerre économique entreprise par Trump n’épargne pas, non plus les alliés européens de l’Oncle Sam.

De son côté, la Russie a, également déposé une plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce contre les États-Unis pour atteinte aux règlements de l’institution internationale.

Force est de reconnaître que la politiques extérieure américaine connaît un recul fort inquiétant surtout depuis l’accession au pouvoir de D. Trump.

Les décisions irréfléchies, unilatérales et inamicales qu’il prend et qu’il met à exécution, envers ses alliés comme envers les autres nuisent, grandement à l’image de ce pays et l’hostilité populaire contre les USA augmente, sérieusement de par le monde.

N’est-il pas temps qu’il mette fin à ces agissements indignes d’un dirigeant politique ?

N’y-t-il aucun responsable réfléchi dans son entourage pour le raisonner ?

A force de tirer sur la corde, elle finit, indubitablement par casser !

A bon entendeur…

Commentaires