Une vision originale de Wikileaks

Julian Paul Assange, éditeur en chef et porte-parole de WikiLeaks.
Julian Paul Assange, éditeur en chef et porte-parole de WikiLeaks.

Depuis la déferlante Wikileaks, certains ont eu l’impression que l’ « information » avait fait un nouveau pas, et que le fameux droit à la transparence avait enfin gagné. Rendez-vous compte, 251 000 documents provenant de 274 ambassades de l’USraël sont enfin mis à la portée de tous. Et pour aider ce vaste mouvement émancipateur, les quotidiens les plus subversifs de la planète (The New-York Times, The Guardian, Der Spiegel et Le Monde) ont décidé d’aider Wikileaks, en publiant et en commentant les documents divulgués par Julian Paul Assange, éditeur en chef et porte-parole de WikiLeaks.

La « démocratie » occidentale parvient encore à tromper quelques personnes en leur faisant croire que « tout le monde est citoyen », et donc que nous avons tous des droits égaux. Il restait en effet un droit jusque-là réservé à quelques-uns : le droit de connaître les secrets d’État.

A présent, avec Wikileaks et Julian Paul Assange, cette lacune a été comblée… Après le « tout le monde est citoyen », nous avons maintenant le « tout le monde est diplomate ».

Si nous examinons de plus près la teneur des révélations, nous apprenons plusieurs choses. Tout d’abord, les ambassades de l’USraël ont tissé sur toute la planète un vaste réseau d’espionnage et de subversion. Cela se savait déjà, et c’est d’ailleurs pour ça que partout dans le monde l’USraël est détesté et combattu (malgré l’opération de charme d’Obama). Nous apprenons également que des dirigeants de pays arabes auraient peur de l’Iran et auraient souhaité le voir attaqué. C’est possible, mais la ficelle est un peu grosse !  Le message est en fait simple : Israël n’est pas le seul à craindre l’Iran, mais il y a aussi des responsables dits « Musulmans » qui le craignent !  Et c’est là que se pose la grande question : Allons-nous avoir des informations nouvelles et secrètes sur l’entité sioniste ?  Julian Paul Assange en a promis pour les prochains jours. Nous devrions ainsi en apprendre un peu plus sur les agressions de Tel Aviv contre le Liban, sur l’assassinat du dirigeant du Hamas Mahmoud al-Mabhouh à Dubaï, etc. Attendons donc, et nous jugerons sur pièces.

Alors, manipulation ou victoire d’un chevalier blanc de la toile qui ne veut pas que ses contemporains meurent ignorants ?  Il est évident que la quantité de documents fuités donne immédiatement l’impression d’un règlement de comptes au sommet, ce qui n’exclut nullement une savante opération d’intoxication. Cette prolifération d’informations, dites secrètes, finira par lasser le public et permettra, peut-être, de faire avaler un gigantesque bobard… quand ceux qui sont derrière la manœuvre le décideront. Et ce ne sont pas quelques informations à venir sur Israël (informations que tout le monde connaît) qui nous ferons accorder une confiance aveugle à Wikileaks.

Parti Anti Sioniste