Vers l’indépendance de la France ?

Ce n’est peut-être pas un hasard si, au lendemain des commémorations du 8 mai, anniversaire d’une victoire et de notre triste adhésion à la tutelle américaine, la décision de Donald Trump, quant au nucléaire iranien auvait été publiquement contestée par notre ministre de l’Économie.

En effet, Bruno le maire s’est vu réagir en déclarant inacceptable le rôle de gendarme économique planétaire que s’attribuerait l’oncle Sam.

«Cela fait des États-Unis le gendarme économique de la planète et je considère que ce n’est pas une situation qui est acceptable», avait dénoncé le ministre de l’Économie, Bruno le maire, le 9 mai dernier.

À savoir que depuis cette dénonciation américaine de l’accord sur le nucléaire iranien, l’Allemagne, le Royaume-Uni, ainsi que l’Union européenne semblent, également s’opposer à la décision du Maestro américano-sioniste. Répondant à la proposition du conseiller à la sécurité nationale, John Bolton et en vue d’éviter les sanctions qui s’imposeraient aux entreprises qui commercent avec l’Iran, la France et ses alliés européens paraissent, néanmoins ouverts aux discutions avec Washington.

Étonnamment et paradoxalement, le Parti Anti Sioniste rejoint les récentes déclarations d’Angela Merkel dans lesquels l’indépendance de l’Europe fut prônée. À la différence bien entendu, une fois n’étant pas coutume, que c’est l’autonomie d’une France souveraine que nous ciblons.

«le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu»; «L’Europe doit prendre son destin en main elle-même, c’est notre défi pour l’avenir»: avait déclaré Angela Merkel, le 10 mai dernier.

Sa présence active au sein de l’axe des pays alignés derrière le grand satan américano-sioniste est l’un des plus grands drames de notre mère-patrie. Nous cautionnons donc tout rapprochement et toute collaboration de la France avec l’Axe de la Résistance. Et bien évidemment, celui qui fut cité par François Asselineau comme étant ce très grand homme, Vladimir Poutine, qui continue d’agir dans le respect du droit international et qui en rappelle, également les contraintes.

Que notre France, fille aînée de l’église puisse marcher sur les traces de ce résurrecteur de la troisième Rome reste le vœu pieux du Parti Anti Sioniste.

Commentaires