Un vent nouveau souffle sur le Canada…

Justin Trudeau, élu Premier ministre du Canada le 19/10/2015
Justin Trudeau (assis à droite), élu Premier ministre du Canada le 19/10/2015

Le 19 octobre, le leader du Parti libéral canadien et fils de l’ex- Premier ministre Pierre-Elliott Trudeau, a remporté la majorité absolue des sièges de députés à la Chambre des communes. Le nouveau Premier ministre Justin Trudeau, âgé de 43 ans, met ainsi fin à plus de neuf années de domination des conservateurs (PCC) de Stephen Harper. Est-ce une bonne nouvelle ?

 

Rappel de la politique de Stephen Harper :

 

Tout d’abord, le gouvernement Harper a souvent utilisé « la ligne dure » envers l’Iran, notamment en expulsant les diplomates iraniens du pays en 2012. De plus l’ancien Premier ministre du Canada donnait son soutien inconditionnel à la politique belliciste de l’entité sioniste d’Israël au Proche-Orient et de l’agression israélienne contre Gaza. Dans ses discours, M. Harper revêtait les habits de M. Netanyahu, au point de quasi lui voler son poste de Premier ministre ! Le Canada était devenu le champion, toutes catégories, dans cette course folle à la défense inconditionnelle, de l’impunité d’Israël. Il avalise la conception selon laquelle « Israël n’est pas tout à fait un Etat comme les autres et qu’il est d’abord la victime de la haine antisémite qu’il suscite fatalement et dont il doit impérativement se prémunir ».

De toute évidence, il n’a pas retenu l’avertissement du philosophe français Étienne Balibar, selon qui, « on ne devrait pas permettre à Israël d’instrumentaliser le génocide des Juifs européens pour se mettre au-dessus des lois des nations. »

Et enfin, en matière de politique intérieure, M. Harper avait mené de récentes réformes de la loi sur la citoyenneté créant une citoyenneté « à deux niveaux» : ceux qui ont deux nationalités et risquent l’exil, et les Canadiens, tout court, qui ne craignent rien.

 

Quelle est la vision politique du nouveau Premier ministre Justin Trudeau ?

 

« Le Canada est plus fort, non pas en dépit de ses différences, mais précisément grâce à celles-ci. Ces valeurs ont été bafouées par Stephen Harper, qui veut nous faire croire que certains d’entre nous sont moins canadiens que d’autres. Il a tort », a soutenu Justin Trudeau.

Il déclare vouloir défendre le droit de tous de « pratiquer leur religion et de participer pleinement à la société, qu’ils portent un niqab, un hijab, un turban ou une kippa ». Justin Trudeau se dit pour l’autorisation du voile dans les institutions publiques, pour éviter de « discriminer » davantage les femmes issues des minorités. A quand une telle politique en France ?

 

« Il n’y a pas de citoyen de deuxième classe. Le gouvernement qui dirigera ce pays devra unir les Canadiennes et les Canadiens, au lieu de les dresser les uns contre les autres », a déclaré Justin Trudeau. Afin de se tenir à ses promesses de campagne, au lendemain de sa victoire aux législatives canadiennes, le futur Premier ministre du Canada a indiqué au président américain Barack Obama qu’il mettrait un terme à la participation de l’aviation canadienne aux frappes contre DAESH, rapporte The Washington Post. En effet, il souhaite se limiter à une mission d’aide humanitaire et de formation en Irak.

 

A l’annonce de la victoire de M. Trudeau, l’ancien Premier ministre canadien, Jean Chrétien, a rappelé que Pierre Elliott Trudeau, père du Premier ministre désigné, avait toujours maintenu une ouverture d’esprit dans ses relations avec les dirigeants mondiaux, ce qui lui avait notamment permis de préserver un lien avec l’ex-président cubain Fidel Castro, qui, à l’époque, était isolé sur la scène internationale. Aussi, suggère-t-il à Justin Trudeau de garder cette indépendance d’esprit et de « parler à tout le monde».

Le Premier ministre sortant, Stephen Harper, avait adopté la ligne dure avec M. Poutine dans la foulée de la crise en Ukraine ; M. Chrétien doute de l’efficacité réelle d’une telle rhétorique dans les relations bilatérales. L’ex-Premier ministre estime également que le Canada devrait rouvrir son ambassade en Iran.

 

Le Parti Anti Sioniste crie victoire au lendemain de l’échec du gouvernement sioniste de Stephen Harper. Suite à son amère défaite électorale, le Premier ministre sortant renonce à diriger le Parti conservateur, relégué dans l’opposition, il siègera désormais, comme député, uniquement, à la Chambre des communes. Quant au nouveau Premier Justin Trudeau, nous espérons qu’il concrétisera les mots forts utilisés pendant sa campagne électorale.

 

Parti Anti Sioniste

Commentaires