Trafics d’organes en hôpital de banlieue parisienne.

L’État poursuivi dans l’affaire Éliane Kabile
 

Communiqué de Presse France/International – Paris, 13 octobre 2015
Thierry Kabile
avec la participation de Christian Basano, Jacqueline Dubuis, Smaïn Bédrouni et Christian Cotten.

Contact presse, Thierry Kabile : +33 6 46 63 42 77
Contact avocat, Maître Dominique Kounkou : +33 1 53 24 00 84 et +33 7 51 42 81 45.

Trafics d’organes en hôpital de banlieue parisienne :
les gangsters d’État seront-ils démasqués par la Justice ?
Ou par l’opinion publique ?

Un rendez-vous à ne pas manquer devant le TGI de Paris : le mercredi 4 novembre 2015 à 13 h 30 aura lieu un procès exceptionnel devant la 1ère chambre civile du Tribunal de Grande Instance de Paris.
Famille Kabile contre Agent Judiciaire de l’État.

M. Jean Maïa, actuel directeur juridique des Ministères Économique et Financier est poursuivi en sa fonction d’Agent Judiciaire de l’État – avant de l’être prochainement, intuitu personae, par une citation directe devant la 11ème chambre correctionnelle – en raison de l’implication parfaitement démontrée de plusieurs fonctionnaires et élus politiques français dans un ignoble trafic d’organes et de cadavres en région parisienne.

Depuis près de quinze ans, la famille Kabile se bat pour obtenir justice de l’invraisemblable opération de dépeçage et de profanation par une bande organisée d’agents de la fonction publique, du cadavre d’Éliane Kabile, décédée fin 2000 dans des conditions médicalement très obscures.

Bande criminelle jusqu’à ce jour parfaitement protégée par un réseau occulte de gangsters d’État
– incluant policiers, officiers d’état civil, médecins, cadres hospitaliers, élus, hauts fonctionnaires et magistrats parfaitement identifiés – qui utilisent les institutions de la République pour commettre impunément leurs crimes de sang et d’argent, à l’abri d’une Justice trop souvent sourde, aveugle,
manipulatrice, menteuse et complice soumise ou active.

Le dossier Kabile, une aventure moderne dans la jungle urbaine des Mafias d’État.

Trois actes de décès pour un seul cadavre, deux cadavres pour un seul acte, faux en écritures publiques incontestables commis par des agents de l’État et des élus.

Un mélange d’au moins deux cadavres en putréfaction dans un cercueil in fine non identifiable, empli d’une bouillie indescriptible de chairs et de vêtements inconnus.

Des transferts de cadavres sans identification claire et des autopsies contradictoires sur des cadavres interchangés par des médecins légistes dans des lieux à l’identification impossible.

Des décisions de justice mafieuses visant méticuleusement à protéger les criminels.

Des réquisitions d’un substitut du procureur du TGI de Paris et des conclusions de l’Agent Judiciaire de l’État démontrant une complicité active, par déni d’évidences incontestables, avec un crime organisé de dépeçages et de profanations de cadavres.

Un crime hospitalier, médical, municipal, policier, dont les auteurs parfaitement identifiés sont activement protégés par des membres mafieux de l’institution judiciaire française.

Un dossier solide, largement documenté de preuves incontestables, soutenu par le meilleur et unique expert français en droit funéraire et le résultat de près de quinze ans d’enquête dans la jungle sans foi ni loi des Mafieux
d’État protégés par leurs réseaux policiers et judiciaires.

La famille Kabile sera représentée par le pasteur protestant et écrivain congolais Maître Dominique Kounkou,
docteur en droit international public et avocat au barreau de Paris et Maître Alexandre de Jorna représentera M. l’Agent Judiciaire de l’État.

Assignation judiciaire du 27 août 2014 sur demande à : thierrykabile@yahoo.fr

Les personnes compétentes préparent actuellement une vidéo sur cette affaire, qui sera mise en ligne très prochainement. Dans cette attente, rendez-vous le mercredi 4 novembre 2015 au TGI de Paris, 4
Boulevard du Palais, métro Cité, à 13 h 30, 1ère chambre.

Merci aux internautes de faire circuler et publier cet article et de nous rejoindre nombreux au Tribunal de Grande Instance de Paris mercredi prochain 4 novembre à 13 h 30 (TGI, 1ère chambre civile, Palais de Justice, 4 bd du Palais, 75001 Paris, métro cité) pour soutenir la famille Kabile face aux gangsters d’État.

article ci-joint paru le 23 octobre dans l’hebdomadaire Le Courrier de Guadeloupe:

N°144 – Mais où est donc passé le corps d’Éliane Kabile ?